François Hollande : Chroniques d'une mort politique annoncée

Publié le par le front anti-Hollande

Lors de l’abaissement de la note de la France par l’agence Standard & Poor’s en janvier 2012, le candidat François Hollande déclarait par haine du sarkozysme : « C’est une politique qui a été dégradée, ce n’est pas la France ». Cette phrase visait bien entendu l'ancien chef de l' Etat. Manque de chance pour l' actuel président "normal", cette phrase lui revient en pleine figure car cette même agence S&P a de nouveau abaissé la note de la France d'un cran en soulignant dans son rapport les "revirements de politique fiscale", et son inquiétude du "mécontentement grandissant de l’opinion publique".

Le président le plus impopulaire depuis 1958, cette fois-ci, ne voit pas dans cette dégradation de la note la sanction de SA politique désastreuse basée sur l'augmentation massive des impôts et non sur une baisse drastique des dépenses publiques. Il ne voit pas la sanction de 18 mois d'échecs sur les tous les plans :Politique, économique, sociale, sociétale et morale. Malgré la colère des français et la forte impopularité de François Hollande ( 15% d'opinions favorables !), Najat Vallaud-Belkacem, affirme qu'il ne faut surtout pas "changer de cap". Convaincu de l'efficacité de sa politique, "Pépère", avec son immobilisme inquiétant, attend inlassablement, l'inversion de la courbe du chômage avant la fin de l’année. Il lui reste un peu plus d'un mois pour créer au moins 150 000 emplois. C'est pas gagné !

Coincé entre les exigences de Bruxelles de réduire le déficit et le "ras-le-bol fiscal" des Français, François Hollande n'a plus de marge de manœuvre pour "combler les trous". Alors le gouvernement ressort sa petite "Boite à outils" et se pose la question suivante : "Comment prendre l'argent des Français sans qu'ils ne s'en aperçoivent ? " Réponse : "par une remise à plat de la fiscalité".

Jean-Marc Ayrault a annoncé une "remise à plat de la fiscalité" et la fusion de la CSG-impôt sur le revenu, qui serait prélevé à la source, est envisagée. Un nouveau tour de passe-passe qui assommera encore un peu plus la classe moyenne. Etant donné que seule la moitié des Français paie l'impôt sur le revenu et que la CSG est payée par tout le monde et représente environ 90 milliards d'euros, si l'on fusionne les deux, c'est 90 milliards d'euros qui viendront s'ajouter sur l'impôt sur le revenu ! C'est encore ceux qui travaillent durement qui paieront pour ceux qui vivent des revenus de l'assistanat. C'est la doctrine du socialisme. La classe moyenne appréciera ! A l'allure où vont les choses, pas sûr que François Hollande finisse son mandat.

Publié dans Hollande

Commenter cet article

jali 23/11/2013 15:51

que l on taxe tous le monde a la même enseigne !!!!
grande ou petite entreprises même les §§§ ENTREPRISE CLANDESTINE §§§§(trafiquants drogue ,etc...) .
la sur ce faite il y aura des rentrées d argents .
que tous le monde paies des impôts aussi bien les chômeurs que les présidents.
de cette magnaire sa serais egaux pour tous le peuple français !!!