Insécurité : le rapport assassin des préfets

Publié le par le front anti-Hollande

Dans un rapport assassin, les préfets décrivent le «découragement» des forces de l'ordre face au laxisme judiciaire Taubirien.

les policiers sont ( eux aussi ) en colère. Les préfets dénoncent, dans un rapport dont Le Figaro a publié des extraits, le laxisme judiciaire pour expliquer la hausse de la délinquance.

Les préfets écrivent :

- «Tendues, les forces de l'ordre souhaiteraient être soutenues dans leur action par l'autorité judiciaire.»

-«Policiers et gendarmes pointent le fossé entre la fermeté des directives de leur hiérarchie et les suites pénales des interpellations effectuées, notamment en matière de lutte contre les cambriolages. Ils citent, par exemple, la simple convocation devant OPJ (officier de police judiciaire) six mois plus tard d'un cambrioleur interpellé en flagrant délit»

-«La décision de la Cour de cassation d'interdire certaines mesures de géolocalisation a achevé de convaincre les forces de l'ordre qu'on les empêche de faire leur travail»

-«Entre exaspération et découragement, policiers et gendarmes ont le sentiment d'être condamnés à remplir le tonneau des Danaïdes»

Le général Soubelet, le n°3 de la gendarmerie, déplorait que les délinquants «profitent du système» et notait que «les gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs que des victimes».

Le même général avait déclarait aussi le 18 décembre dernier, pour expliquer la hausse des crimes et délits :

«Quand vous relâchez 65 % de ceux qui se sont rendus coupables d'un certain nombre d'exactions, comment voulez-vous que les chiffres baissent? C'est tout à fait impossible. Vous pouvez multiplier par deux les effectifs de gendarmes dans les Bouches-du-Rhône, cela ne changerait rien.»

Le message est clair !

Publié dans France, PS, UMP

Commenter cet article