Chômage, impôts, dettes : François Hollande l’homme des records dont les Français se passeraient volontiers

Publié le par le front anti-Hollande

Hausse d’impôts, hausse de la dette, hausse des cotisations sociales, hausse des cotisations pour les artisans, les commerçants, les professions libérales. Sans oublier la hausse du chômage. François Hollande est l’homme des records dont la France et les Français se passeraient volontiers.

A propos du chômage et de la loi Macron, Christian Estrosi, maire UMP de Nice a affirmé ce matin sur I<télé : "On ne soigne pas le cancer généralisé avec un tube d'aspirine"

Depuis son élection, le chômage n’a cessé de progresser en France pour franchir, mois après mois, des seuils jamais atteints. 600 000 demandeurs d’emploi depuis mai 2012 ! 190 000 pour la seule année 2014. Ses promesses d’inversion de la courbe du chômage ont fait long feu depuis longtemps malgré les emplois aidés financés encore et toujours par la dette.

Malgré une reprise dont bénéficie nombre de nos voisins, la France continue son décrochage économique. Un plongeon dramatique à l’image de ce chiffre : +36% de demandeurs d’emplois supplémentaires pour les plus de 50 ans depuis 2012 !

« Cette nouvelle augmentation est un désaveu cruel dont le chef de l’Etat et son gouvernement sont responsables », pointe Eric Woerth, délégué général UMP à l’Economie et aux Finances.

Pour lui « le chômage est la tragédie française. Toute notre société est touchée, chaque famille est frappée ou risque de l’être. Face à cela, le Gouvernement apporte des réponses inadaptées, louvoyantes et inefficaces », poursuit Eric Woerth pour qui « la France doit se réformer et mobiliser l’ensemble de ses moyens pour y parvenir ».

« Rien n’a été fait à la hauteur du défi auquel est confronté notre pays », pointe Eric Ciotti, Secrétaire général-adjoint, consterné par la « gestion catastrophique » du Gouvernement.

Porte-parole de l’UMP, Isabelle Le Callennec constate, pour sa part, « l’échec du Gouvernement en la matière ». « Et pourtant, la conjoncture sourit au président de la République », observe-t-elle, pointant les facteurs qui auraient dû faire repartir l’économie comme la baisse du prix du baril de pétrole, la parité euro/dollar, les taux d'intérêt bas, « autant d'accélérateurs de croissance à compléter par des mesures structurelles de soutien à notre économie productive, à l'industrie, au bâtiment et aux travaux publics ».

« Le Gouvernement, au lieu d’engager une véritable politique en faveur de l’emploi, préfère l’affichage et la parole. Mois après mois, le ministre du Travail annonce que les chiffres seront mauvais, sans pour autant engager de véritable plan de bataille », se désole Gérard Cherpion, Délégué national UMP au Travail et à l’Emploi.

Comme Eric Woerth, Isabelle Le Callennec, Gérard Cherpion critique la loi Macron « projet de loi fourre-tout, de plus de 200 articles censés recréer de la croissance et de l’activité et qui détruira plus d’emplois ».

Commenter cet article