La France, 2ème pays le plus touché au monde par la fuite des cerveaux

Publié le par le front anti-Hollande

La France, 2ème pays le plus touché au monde par la fuite des cerveaux

En France on parle régulièrement de fuite des cerveaux, sans qu’on sache véritablement s’il s’agit d’un mythe ou d’une réalité. De nombreux jeunes diplômés quitteraient le pays faute d’opportunités professionnelles, d’autres iraient voir ailleurs pour fuir les discriminations, quand certains de nos compatriotes seraient plus motivés par des destinations à la fiscalité plus attrayante. Mais qu’en est-il réellement ?

D’après les données du réseau social professionnel LinkedIn, qui étudie régulièrement la « relocation » de ses membres, la France perd en nombre des personnes qualifiées. C’est une confirmation et plus seulement une intuition : nous sommes le 2ème pays dans le monde, juste après l’Inde, dont le solde entre les personnes qualifiées qui partent et celles qui reviennent est le plus négatif. Ce n’est pas encore un exil, mais le contexte français semble encourager de plus en plus le départ à l’étranger. De quoi inquiéter les politiques et relancer le sempiternel débat sur l’attractivité de la France…

C’est la deuxième année que le réseau social ausculte les flux migratoires de ses 380 millions de membres. En se basant sur ceux qui ont changé de poste et de pays d’origine sur l’année 2014, LinkedIn a établi un indice (positif ou négatif) et déterminer ainsi les pays les plus attractifs et ceux qui sont les plus quittés par les professionnels.

Un « indicateur de la performance économique »

A l’inverse, les pays qui parviennent plus à relocaliser leurs professionnels sont des destinations connues des expatriés : les Emirats Arabes Unis, la Suisse (le pays qui compte le plus de Français « exilés »), l’Arabie Saoudite, Singapour et l’Allemagne. Ces résultats sont d’après LinkedIn un « indicateur de la performance économique » de chaque pays du top 20. Et il est vrai que dans le top du classement on retrouve des pays qui ont connu une forte croissance, alors qu’en queue de peloton, on tombe sur la France et ses voisins latins. Des pays où la crise continue de durer, poussant pas mal de professionnels à aller voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs.

Dans un autre article, Lindsay Brady de LinkedIn analyse les tendances métiers qui accompagnent ces flux migratoires professionnels : l’émergence d’une génération d’entrepreneurs (la création d’entreprise est en effet l’une des raisons qui incite à s’expatrier et à ne pas revenir dans son pays d’origine), la montée du « business developpement » et la forte croissance de l’industrie high-tech en Europe. 3 orientations qui sont en train de redessiner l’économie d’aujourd’hui que LinkedIn essaie de mieux cerner en construisant peu à peu un « Economic graph » à partir des données de ses membres.

Source : blog-emploi.com

Publié dans économie

Commenter cet article