Allemagne: Une politicienne de gauche s’excuse auprès des réfugiés après avoir été violée par 3 d’entre eux

Publié le 16 Février 2016

Allemagne: Une politicienne de gauche s’excuse auprès des réfugiés après avoir été violée par 3 d’entre eux

A noter que son message est maintenant effacé de son compte Facebook.

Une porte-parole de 24 ans de la Linksjugend, l'aile des jeunes du Parti de gauche, a été violée par les réfugiés présumés. Dans un message sur Facebook, elle présente ses excuses aux auteurs.

Une porte-parole de la Linksjugend, l'aile du Parti de gauche, a été violée durant les derniers jours de janvier dans un petit parc de sa ville par deux à trois jeunes hommes. Ils parlaient arabe ou kurde. C'est tout au moins la description qui a été diffusée dans la presse locale.

On ne sait pas encore si l'acte s'est réellement passé, parce que la gauche invente parfois des histoires. Le viol a toutefois été rapporté selon le rapport de police.

Ceci est juste l'un des nombreux viols qui a été signalé ces derniers temps - et il n'est donc pratiquement pas utile de le mentionner. Cependant, il convient de noter ce qui a été écrit sur Facebook par la victime. Un hommage à l'auteur du viol qui "n'a rien fait pour cela".

Le coupable serait le sexisme en général et naturellement pas la vision de certains réfugiés issus des pays musulmans.

La fiche Facebook de la personne concernée en dit long sur la gauche et donne un aperçu des structures de pensée de ce groupe politique. Leur seul souci est que l'action soit utilisée «abusivement».

«Cher réfugié masculin,

Tu as probablement mon âge. Probablement quelques années plus jeunes. (Ou) un peu plus âgé.

Je suis tellement incroyablement désolée!

Il y a près d'un an, j'ai vu l'enfer d'où tu as fuis. Je n'ai pas été directement sous le feu, mais j'ai visité les personnes dans les camps de réfugiés au Kurdistan Sud. J'ai vu de vieilles grands-mères qui devaient s'occuper de trop d'enfants sans parents. J'ai vu les yeux de ces enfants, certains n'avaient pas perdu leurs lumières.

Mais j'ai vu aussi les enfants dont les yeux étaient vides et traumatisés.

Environ 20 enfants m'ont montré durant leurs cours de mathématiques leurs caractères arabes et je sais encore comment une petite fillette a commencé à pleurer, juste parce qu'une chaise était tombée.

J'ai vu un soupçon de l'enfer que tu fuyais.

Je n'ai pas vu ce qui s'était passé avant ni dû subir ta fuite éprouvante.
Je suis contente et heureuse que tu aies réussi à venir jusqu'ici. Que tu aies pu laisser derrière toi l'Etat islamique et sa guerre, et que tu ne te sois pas noyé en Méditerranée.
Mais je crains que tu ne sois pas ici en sécur
ité.

Logements de réfugié brûlés, attaques quotidiennes contre les réfugiés et une foule brune dans les rues.

Je me suis toujours battue contre cela, que cela soit ainsi ici.

Je voulais une Europe ouverte, une ambiance conviviale. Unie, dans laquelle je peux profiter de la vie et dans laquelle nous serions tous les deux en sécurité. Je suis désolée.

Pour nous deux, je suis si incroyablement désolée.

Toi, tu n'es pas en sécurité parce que nous vivons dans une société raciste.

Moi, je ne suis pas en sécurité, parce que je vis dans une société sexiste.

Mais ce pour quoi je suis vraiment désolée, c'est le fait que les actions sexistes et transfrontalières que j'ai subies contribuent seulement à ce que tu sois exposé de plus en plus au racisme violent.

Je te le promets, je vais crier. Je ne permettrai pas que cela se produise encore. Je ne vais pas rester les bras croisés et laisser faire, que les racistes et les citoyens concernés t'identifient comme étant le problème.

Tu n'es pas le problème. Tu n'es pas du tout un problème.

Tu es le plus souvent une personne merveilleuse qui mérite autant qu'une autre d'être en sécurité et libre.

Merci que tu existes - et content que tu sois là."

Allemagne: Une politicienne de gauche s’excuse auprès des réfugiés après avoir été violée par 3 d’entre eux

Source1 Source2 Source3 Traduction Christian Hofer pour Les Observateurs.ch

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Immigration, #International, #Faits-divers

Commenter cet article