Val-d'Oise : deuxième nuit de violences à Persan et Beaumont

Publié le par La rédaction

Val-d'Oise : deuxième nuit de violences à Persan et Beaumont

Beaumont-sur-Oise (Val d'Oise), nuit de mercredi à jeudi. Les forces de l'odre, policiers et gendarmes, ont été déployées dans le quartier de Boyenval.

De nouveaux incidents ont éclaté mercredi soir, vers minuit, à Persan et Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise), au lendemain de la mort d’Adoma Traoré lors d’une interpellation. Des incidents ont touché aussi Bruyères-sur-Oise. Aucun blessé n'était à déplorer au milieu de la nuit.

A 4H30 jeudi, la situation était «calme», selon le directeur de cabinet du préfet du Val-d'Oise, Jean-Simon Mérandat. Au cours de la nuit, neuf personnes ont été interpellées et placées en garde-à-vue pour des faits «d'attroupements armés, incendies volontaires et jets d'objets incendiaires sur les forces de l'ordre», a indiqué ce dernier.

Toujours selon la préfecture, on déplorait15 véhicules incendiés et 35 feux sur la voie publique, ainsi que deux tentatives d'incendie, contre la mairie et une école maternelle de Beaumont-sur-Oise. Les violences ont impliqué environ 200 personnes sur les trois communes concernées.

A minuit, des jeunes ont tenté d’attaquer un transformateur électrique. Redoutant qu'ils plongent dans le noir le quartier de Boyenval, à Beaumont, les gendarmes sont intervenus pour les repousser. Selon notre journaliste présent sur les lieux, des tirs de mortiers ont retenti. Selon le colonel Thomas, patron des gendarmes du Val-d'Oise, la situation était alors tendue mais «sous contrôle». Ce dernier notait moins de débordements que la nuit précédente, malgré des voitures brûlées et des caillassages à Persan. C'est un peu le jeu du chat et de la souris dans les deux quartiers. Les forces de l'ordre étaient très tendues et ordonnaient aux habitants de rentrer chez eux.

Les feux de voitures se multipliaient dans les deux communes. Au moins cinq voitures ont notamment été incendiées vers 1 heure devant la mairie de Beaumont-sur-Oise.

Depuis la fin de journée, quelque 180 gendarmes étaient mobilisés dans la cité Village de Persan et le quartier Boyenval à Beaumont-sur-Oise, où habitait Adoma, 24 ans. Les autorités étant prêtes à mobiliser d'autres renforts de police en moins de trente minutes. La préfecture redoutait en effet ces nouveaux débordements, alors que 200 jeunes se trouvaient dans les rues des deux quartiers.

A Persan, l’avenue Jean-Jaurès avait été bouclée de part et d’autre pour empêcher l’accès à la gendarmerie. Un dispositif déployé après le rassemblement d’une quarantaine de personnes venues protester un peu plus tôt devant le bâtiment. Les proches d’Adama Traoré étaient notamment venus pour demander à voir le corps du jeune homme, et pouvoir constater eux-mêmes qu’il ne portait pas de trace de coup comme l’assure le procureur de la République. Les manifestants avaient été dispersés à l’aide de gaz lacrymogène.

leparisien.fr

Publié dans Faits-divers

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 21/07/2016 15:00

Ces chances pour la France qui n'ont aucune once de réflexion. Ils réagissent dans le déni, la victimisation, dans l'accusation de l'autre, sans jamais se remettre en question. Ben, tiens ! cela me rappelle vaguement une certaine classe politique, pas vous ?

Speedo30 21/07/2016 12:24

Beaumont est un repaire de la drogue ; on parle de Boyenval mais parlons aussi de Duquesnel, où les guetteurs sont au vu et au su de tout le monde.