Charente : une femme violemment agressée car elle se baignait seins nus

Publié le 28 Août 2016

Charente : une femme violemment agressée car elle se baignait seins nus

Les circonstances sont loin d'être établies avec précision en l'absence de plainte de la victime potentielle. En ces temps de canicule, l'aménagement d'une plage sur la Charente, à Chateauneuf, est très agréable pour les habitants : baignade autorisée, aire de jeux pour les enfants.

Pourtant, jeudi aux alentours de 19 heures, une femme de 26 ans a été frappée, et déshabillée au cours d'une rixe impliquant une dizaine de personnes - hommes, femmes, adolescents d'une même famille appartenant - selon nos informations à la communauté des gens du voyage - le tout devant son mari et ses trois enfants, rapporte La Charente Libre qui a plusieurs fois modifié sa version des faits.

Le point de départ de la querelle? Une altercation verbale entre deux femmes ayant trait à une baignade seins nus, qui a rapidement dégénéré en bagarre générale.

«Tu veux voir le reste?»

La mère de famille profitait du beau temps en maillot de bain deux pièces, avec un string en guise de bas. En début de soirée, elle a ôté le haut. Il n'en fallait pas plus pour échauffer les esprits, en proie à la chaleur tout l'après-midi.

Une jeune femme qui passait devant elle lui aurait fait une réflexion désobligeante. Selon des témoins cités par le quotidien, la baigneuse a alors répondu en abaissant ça culotte, lançant au passage: «Tu veux voir le reste?». Les deux femmes en seraient ensuite venue aux mains.

Selon les dires d'un témoin interrogé par le quotidien, c'est à ce moment précis que le groupe d'individus s'est jeté sur cette femme. Le témoin aurait tenté de s'interposer, avec l'aide du mari de la victime, mais ils étaient toujours en infériorité numérique.

La «baigneuse aux seins nus» donne sa version

Dans un texte publié sur les réseaux sociaux, la baigneuse agressée donne sa version des faits en parlant d'elle à la troisième personne. Elle y confirme s'être baignée seins nus et avoir provoqué une femme qui lui faisait une remarque déplaisante.

Évoquant cette «jeune fille» qui passait devant elle et «a fait une vilaine remarque pour les seins nus», elle affirme lui avoir répondu «qu'il n'y avait rien d'anormal et lui (avoir) au passage montré ses fesses en baissant la culotte de son maillot».

Puis, l'échange entre les deux femmes s'envenime, l'autre commençant selon elle à «gesticuler et à hausser le ton», elle ne voulant pas «se laisser insulter». Elle affirme avoir été frappée au sol par six personnes, et que son époux a reçu «un coup de poing car l'homme qui l'a attaqué est arrivé dans son dos. Sans prévenir.»

La jeune femme ajoute que son bas de maillot a été arraché par un jeune homme. Et assure avoir couru dans l'eau «en narguant tout le monde que la nudité est quelque chose de normal et qu'il faut pas la rendre tabou».

Les assaillants ont battu en retraite... et dîné à quelques mètres de là

Devant la scène, personne n'a bougé, selon le mari. La bagarre a tourné mal, un homme allant donc jusqu'à arracher le string de la baigneuse, qui se retrouve entièrement nue. Les coups fusent dans tous les sens et vont jusqu'à atteindre le nez de la mère de , qui se retrouve en sang. Ses enfants, terrorisés, pleurent en assistant à cette scène d'horreur. Les assaillants cessent finalement de faire pleuvoir les coups pour s'installer, quelques mètres plus loin... à table !

Le maire de Châteauneuf-sur-Charente s'est rendu à la hâte sur les lieux de l'altercation pour exprimer l'horreur de cet acte, où une mère de famille s'est retrouvée mise à nue devant sa famille. Il a été rejoint par les gendarmes qui, une fois sur place, ont posé quelques questions, relever des plaques d'immatriculations avant de repartir, sans procéder à aucune interpellation.

Le quotidien charentais, après un déferlement de commentaires nauséabonds, a été contraint de publier une note pour préciser que cette agression n'avait «aucune connotation religieuse». Et d'ajouter «aucune personne d'origine maghrébine n'est impliquée dans cette histoire. Il est dommage de devoir en arriver à de telles précisions»...

leparisien.fr

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Faits-divers

Commenter cet article