Démission d’Emmanuel Macron: un quinquennat à la dérive

Publié le 31 Août 2016

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron

Une rentrée politique qui prend la forme d’un départ. Emmanuel Macron n’est pas à paradoxe près. Mais son positionnement a priori original relève, en réalité, d’une imposture de la part de quelqu’un qui a conseillé François Hollande à l’Elysée avant d’être son ministre de l’Economie pendant 2 ans. Comment Emmanuel Macron peut-il espérer s’exonérer du bilan de celui à qui il doit tout ?

L’écart entre ce qu’il a pu dire et ce qu’il a fait comme ministre est abyssal. Un tel décalage témoigne au fond d’une chose : Emmanuel Macron est l’homme du renoncement. Au-lieu d’agir et de se battre pour son pays au poste éminent qui fut le sien, il a acté – il y a plusieurs mois déjà - une rupture définitive entre la politique du gouvernement et sa propre ligne ; mais sans toutefois renoncer à ses prérogatives ministérielles. Ni à la provocation qu’il a poussée jusqu’à créer depuis son ministère un parti destiné à le porter à l’Elysée.

Mais ce qu’il faut d’abord retenir de sa démission, c’est l’extrême isolement de François Hollande. Depuis 2012, 8 ministres ont quitté le gouvernement pour des divergences de fond avec la tête de l’exécutif. Du jamais vu ! L’incapacité du président de la République à fixer une ligne claire a débouché logiquement sur la guerre des gauches. C’est à qui sera plus à droite ou plus à gauche que lui – qui ne sait plus très bien où il se situe à force de compromissions. La démission d’Emmanuel Macron n’est en fait que l’ultime épisode d’un quinquennat à la dérive.

Brigitte KUSTER

Porte-parole Les Républicains

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Gouvernement

Commenter cet article