Un islamiste indemnisé par l'Etat français

Publié le 18 Août 2016

Un islamiste indemnisé par l'Etat français

L'État a versé aujourd'hui au moins 6000 euros à Farouk Ben Abbes, un islamiste soupçonné d'être impliqué dans plusieurs dossiers terroristes, selon le Parisien.

En 2010, l'homme de 31 ans est mis en examen et placé en détention provisoire sur la foi d'informations venues des services de renseignements égyptiens pour son implication dans un projet d'attentat contre le Bataclan.

Déjà soupçonné de liens avec une filiale d'al-Qaida entre Gaza et l'Égypte et cité dans l'enquête sur l'attentat du Caire du 22 février 2009, où l'adolescente française Cécile Vannier avait perdu la vie, Farouk Ben Abbes est aussi un ami proche de Fabien Clain, le djihadiste qui revendiqua, au nom de l'organisation État islamique, les attentats du 13 novembre en France qui firent 130 morts et plus de 400 blessés.

Finalement, il effectue moins de trois mois de détention provisoire entre 2010 et 2011. Mais faute de preuves, son dossier aboutit à un non-lieu et il dépose alors un recours. La Cour d'appel de Paris lui donne raison le 3 mars 2014, lui octroyant par là même près de 20.000 euros pour préjudices moral et matériel.

Après un recours déposé dans la foulée par le ministère de la Justice, la Commission nationale de réparation des détentions s'empare du dossier et donne raison, une nouvelle fois, à Farouk Ben Abbes. Cette fois, la justice ne retient que le préjudice moral et condamne l'État à lui verser environ 6.000 euros en plus des frais de justice. Une source proche du dossier et évoquée par Le Parisien précise même que 2.600 euros de pénalités se seraient ajoutés au montant final, la faute au retard de l'administration dans le paiement des indemnités.

lefigaro.fr

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article

betty 18/08/2016 19:52

Grâce à ces juges pointilleux, ce monsieur va pouvoir préparer de nouvelles actions meurtrières : c'est ça l'Etat de droit, autrement nommé Etat de défaite.