En Italie, les Chrétiens se cachent pour prier

Publié le 21 Août 2016

En Italie, les Chrétiens se cachent pour prier

Chrétiens persécutés par les musulmans non seulement en Orient mais aussi en Occident : c’est la réalité de notre temps d’invasion !

Persécutés et contraints de prier en silence sans se faire voir des mahométans, de célébrer des messes clandestines, de cacher les crucifix afin qu’ils ne soient pas brûlés ou détruits : c’est la triste histoire de 300 africains chrétiens dans un bidonville de travailleurs saisonniers des Pouilles, dans le sud de l’Italie, à Gargano, à 40 km de la tombe du Padre Pio.

« Nous avons peur. Depuis deux ans, le dimanche nous prions entre nous sans nous faire voir » racontent-ils dans une enquête du journaliste italien Cristiano Gatti, dont des extraits ont été publiés dans différents quotidiens italiens.

Ils vivent sous la menace constante de musulmans étrangers au camp : de fait le ghetto de Rignano Garganico est la reproduction, à une échelle plus petite, des drames du Nigeria et des autres pays africains où les chrétiens sont persécutés, frappés, tués.

« Le bidonville augmente de 10 nouvelles arrivées chaque 24 heures. Le record de 2000 habitants a été dépassé et, avec la récolte des tomates, on va arriver aux 3000. Trop de main d’œuvre. Et une situation explosive. »

Les témoignages des chrétiens sont atroces.

Un Nigérian protège une croix, deux bouts de bois liés ensemble :

« Nous l’avons faite avec les restes du baraquement de la fidèle qui chaque dimanche accueillait la messe. La cabane, ils l’ont brûlée une nuit, il y a deux ans. Puis quelqu’un nous a fait comprendre que si nous ne voulions pas d’autres incendies, il ne fallait plus prier devant les musulmans. Plutôt, il ne fallait surtout pas nous faire voir. Nous les chrétiens, nous sommes une minorité. 300 contre 2000, trop peu. Aussi, par peur, nous avons du renoncer à la messe. Seulement à Pâques, nous avons demandé à un prêtre de venir. Au moins à Pâques. Pour le reste, nous prions en silence. Eux ils ont 3 mosquées ici. Mais aucune cabane ne peut être utilisée pour la messe. »

Les persécuteurs sont « des espions des caporaux africains eux-aussi, et qui pour l’instant n’ont pas encore déclaré leur allégeance à Boko Haram ou à Daesh.«

Et c’est en Italie, pays de civilisation chrétienne, que de telles ignominies se passent…

Les persécutions augmentent dans le bidonville avec l’arrivée de nouveaux immigrés :

« Aujourd’hui, ils nous disent qu’ils ne veulent pas voir de croix ou d’images de Jésus. Le pape François devrait venir ici et découvrir avec quelles difficultés nous vivons. »

Dommage pour eux : François préfère aller à Lesbos et ramener des « réfugiés » musulmans !

Francesca de Villasmundo

lesobservateurs.ch

http://www.riscattonazionale.it/2016/08/20/persecuzione-dei-cristiani-italia-300-lavoratori-minacciati-dagli-islamici-bergoglio-ne-fotte/

Extrait de: Source et auteur

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Chrétiens, #International

Commenter cet article

jean 21/08/2016 09:42

Article Pitoyable