Attentat manqué: les infos que les médias ont « oublié » de vous rapporter

Publié le 10 Septembre 2016

Par miracle, la voiture piégée, découverte mercredi dernier bourrée de bonbonnes de gaz et garée près de Notre Dame n’a pas explosé. Un torchon brûlé et des bidons d’essence ont été retrouvés dans la voiture, a révélé le Figaro, alors que les autres médias affirmaient qu’il n’y avait aucun dispositif de mise à feu.

Ines Madani, la jihadiste impliquée, a été interpellée avec deux de ses sœurs (ou amies ?), Sarah et Amel, la nuit dernière à la gare de Boussy-Saint-Antoine, à 25 km au sud-est de Paris. Habillées d’une burqa elles préparaient un attentat suicide aux gares de Lyon, et de Boussy au moment du passage d’une rame. Repérée par les policiers, Inès a frappé et blessé l’un d’eux avec un couteau en criant « Allahou Akbar », ont rapporté des habitants témoins de l’agression à LCI.

Un policier a tiré plusieurs fois, dont une balle non mortelle qui a atteint la tête, et elle a été transportée à l’hôpital.

Inès Madani

Inès Madani

La terroriste Inès Madani est âgée de 19 ans. Elle est fichée S, et elle est la fille de Patrick, le propriétaire de la Peugeot 607 retrouvée avec les bonbonnes de gaz à Notre Dame, lui aussi musulman fiché S. Elle est connue de la justice Belge dans une enquête sur des tentatives de départ en Syrie.

Ses sœurs (ou amies), qui s’apprêtaient avec elle à commettre les attentats, ont été également arrêtées. Elles auraient été pilotées depuis la Syrie par Rachid Kassim, considéré comme l’instigateur de la décapitation du prêtre de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, et une d’entre elles est en contact avec Hayat Boumeddiene, qui a réussi à fuir en Syrie, et était la compagne d’Amedy Coulibaly, le terroriste de l’Hyper Cacher en janvier 2015.

Mohamed Lamine Aberouz, le compagnon de Sara H, elle-même sous le coup d’une interdiction de sortie du territoire, mais libre d’aller, venir et commettre des attentats, a également été arrêté jeudi soir, aux Mureaux (Yvelines). C’est un islamiste fiché S, connu pour sa dangerosité par les services du renseignement, mais laissé en liberté pour ne pas stigmatiser les minorités.

Le frère de ce gentil mahométan terroriste, Charaf-Din Aberouz, 29 ans, est en détention provisoire : il est très proche de Larossi Abballa, le djihadiste qui en juin dernier a décapité un policier et sa compagne dans les Yvelines.

Mardi, un premier couple avait été arrêté sur une aire d’autoroute près d’Orange, dans le Vaucluse.

Les trois jihadistes ont 39 ans, 23 ans et 19 ans. Elles « préparaient vraisemblablement de nouvelles actions violentes et de surcroît imminentes », a déclaré hier soir jeudi le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve lors d’une conférence de presse. La plus âgée habitait un appartement de la résidence La Grange aux belles, à Boussy.

D’après les premiers éléments de l’enquête, elles ont donc :

  • Tenté dimanche dernier de faire exploser une voiture piégée près de Notre-Dame avec un torchon brûlé qui a été retrouvé dans la voiture à côté de trois bidons d’essence et de documents de propagande écrits en arabe.
  • Tenté de se faire exploser à la gare de Lyon et celle de Boussy.

Les services de renseignement étaient informés que dans la journée de jeudi, trois femmes habillées en burqa, obéissant à l’État islamique, préparaient un attentat.

Dreuz a reçu une information similaire d’une de ses sources, et à 19h, il informait sur son Flash info de l’imminence d’un attentat et demandait aux Franciliens d’être vigilants.

Quelques instants plus tard, le journaliste Jean-Paul Ney confirmait avec ses propres sources nos informations et précisait que trois femmes en burqa susceptibles de se faire exploser étaient recherchées. Ce matin, sur son compte Twitter, il publiait la fiche d’Ines Madani diffusée hier par la Direction centrale de la police nationale :

Attentat manqué: les infos que les médias ont « oublié » de vous rapporter
  • Jeudi soir à Amiens, une bonbonne de gaz a été signalée dans une camionnette qui stationnait devant une école. Fausse alerte disent les médias.
  • Aujourd’hui vendredi matin, un véhicule rempli de bonbonnes de gaz a été retrouvé à une cinquantaine de kilomètres au nord de Montpellier. Selon Midi Libre, un important dispositif de gendarmerie a été déployé en urgence sur l’autoroute A75, dans le secteur de Lodève. Fausse alerte ont conclu les médias.
  • Lundi, la gardienne de l’école Risso, située boulevard Pierre-Sola à Nice, près du Palais des Expositions a découvert trois bonbonnes de gaz, posées au sol contre le portail de l’école. Elle a aussitôt donné l’alerte. Fausse alerte a affirmé Nice Matin.
  • Ce matin enfin, une bonbonne de gaz allongée a été découverte devant la porte du commissariat de la Plaine Saint Denis en banlieue de Paris. Rassurez-vous, il n’y avait pas de dispositif de mise à feu, a indiqué iTélé. Comme pour Note Dame ?

Enfin, Boussy-Saint-Antoine qui vous est présenté par tous vos médias comme une petite ville sans histoire où il ne se passe jamais rien de grave, est classée zone sensible – c’est à dire zone dangereuse aux mains des islamistes et où la police ne pénètre pas… depuis 1996. Ils ne sont plus à une désinformation près.

© Jean-Patrick Grumberg pourDreuz.info.

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article