A Arcis-sur-Aube, l’accueil forcé de migrants passe mal

Publié le 27 Septembre 2016

Quartier de Bel Air à Arcis-sur-Aube qui va accueillir une cinquantaine de migrants. Capture d'écran de L'Est éclair
Quartier de Bel Air à Arcis-sur-Aube qui va accueillir une cinquantaine de migrants. Capture d'écran de L'Est éclair

Le préfecture de l’Aube cherche depuis plusieurs jours des lieux où accueillir une centaine de migrants provenant de Calais. Le plus souvent contre l’avis des maires et de la population.

« Notre volonté c’est de démanteler Calais entièrement et de pouvoir avoir des centres d’accueil et d’orientation (CAO) répartis sur l’ensemble du territoire », a affirmé samedi 24 septembre le chef de l’Etat lors d’une visite dans un de ces centres, installés dans une résidence universitaire de Tours. Depuis l’annonce du démantèlement de la jungle de Calais, le casse-tête de la répartition s’envenime.

A Arcis-sur-Aube, petite commune de 3000 habitants dans les alentours de Troyes, la préfecture a décidé d’y loger une cinquantaine de migrants, dans le quartier de Bel Air. « J’y suis fermement opposé !, s’est emporté Serge Lardin, le maire non étiqueté de la commune. La population est remontée contre tout ça. Le problème est que, certes, il y a de la place mais quand on voit ce qu’il se passe sur Calais … On n’a pas besoin de ça en plus ! Nous allons monter au créneau ! », rapporte le journal l’Est Eclair.

Pour ce maire, c’est la préfecture qui impose cette venue. Sans l’accord des élus. Et alors même que les habitants d’Arcis-sur-Aube n’en veulent pas. « Depuis le début je bouge pour éviter ça. J’ai même refusé un CADA (centre d’accueil des demandeurs d’asile). Encore ce matin, je me suis fait interpeller par une personne qui m’a dit : ‘ Tu sais bien qu’on en veut pas !’ ».

Selon nos informations, la décision définitive sera prise la semaine prochaine par la préfecture.

valeursactuelles.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Immigration

Commenter cet article

liam 28/09/2016 16:08

merci pour ce partage ! je suis l'actualité d’après votre blog