Burkini: le monde à l’envers

Publié le 14 Septembre 2016

Burkini: le monde à l’envers

Décidément, le débat sur le burkini est surréaliste. Prenez Agnès Gruda, de La Presse.
«Le burkini n’emprisonne pas les musulmanes, il les libère», a-t-elle écrit il y a quelques jours.
Pourquoi? Parce que si le burkini n’existait pas, les femmes musulmanes ne pourraient pas aller à la plage ou à la piscine. Donc, vive le burkini!

UNE LOGIQUE TORDUE

C’est comme si je félicitais les Américains racistes des années 1960 d’avoir créé des «places pour Noirs» à l’arrière des autobus.
«Wow, c’est cool de permettre aux Noirs de voyager à l’arrière des autobus. Comme ça, ça leur permet de se promener, d’aller travailler, au lieu de rester chez eux… Finalement, la ségrégation dans les autobus n’emprisonne pas les Noirs, au contraire: ça les libère!»
Duh!
Vous imaginez les réactions si une journaliste osait écrire ce genre de choses à propos de la loi qui interdisait aux Noirs de s’asseoir à l’avant des autobus?
Elle se ferait traiter d’imbécile et de raciste! Mais dans le cas du burkini, on n’éprouve aucun problème à tenir le même genre de propos!
Le burkini, vêtement libérateur…
Mais par quelle logique tordue peut-on arriver à une conclusion aussi absur­de?
Des religieux ultramisogynes obligent les femmes à se couvrir de la tête aux pieds parce que leur corps est sale et on trouve ça libérateur?
L’Occident est vraiment tombé sur la tête!
Bientôt, si ça continue, on va féliciter les islamistes qui fouettent leurs victimes parce que c’est moins grave que de leur couper la tête.
«Wow, le fouet, quel progrès! On a beau dire, c’est quand même plus humain que la décapitation, non? Décidément, l’État islamique s’en va dans le bon chemin…»

AFFRONT AUX VRAIES FÉMINISTES

On est rendu là. Au lieu de pourfendre une idéologie arriérée qui étouffe les femmes, la go-gauche et le mouvement féministe vantent les vertus du voile et du burkini! Heureusement que Simone de Beauvoir n’est pas en vie, ce débat la tuerait.
Jamais les militants de la go-gauche et les féministes ne tiendraient ce genre de propos si c’était des extrémistes catholiques qui obligeaient les femmes à se couvrir pour aller se baigner.
Ces gens descendraient dans la rue et condamneraient la misogynie du pape.
Mais parce que c’est une religion «exotique» et «orientale» qui contraint la moitié de l’humanité à porter un burkini à la plage, on trouve ça cool et «libérateur».
Il fut un temps où le mouvement féministe défendait les femmes. Aujourd’hui, le mouvement féministe défend une idéologie. Ce n’est pas du tout la même chose.

VIVE L’INTERDICTION DE CONDUIRE !

La haine de l’Occident est en train d’aveugler la gauche. Les féministes devraient condamner d’une seule et unique voix la miso­gynie islamiste. Au lieu de ça, elles dépensent temps et énergie pour justifier l’injustifiable, sous prétexte que la misogynie orientale (qui est «culturelle») est plus acceptable que la misogynie occidentale (qui, elle, est «politique»). Aujourd’hui, on dit que le burkini libè­re. Que dira-t-on demain?

Que l’interdiction de conduire pour les Saoudiennes les protège des accidents?

Richard Martineau

observatoiredumensonge.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France, #islam

Commenter cet article

Genlis 19/09/2016 17:13

quelle liberté, elles aiment être enfermées dans l'esclavage : vestimentaire, de liberté de pensée, sexuel !