Burkini: le tribunal administratif valide l'arrêté pris à Sisco

Publié le 6 Septembre 2016

Burkini: le tribunal administratif valide l'arrêté pris à Sisco

Le tribunal administratif de Bastia donne raison au maire de Sisco en validant son arrêté anti-burkini. Le juge a estimé qu'en raison de la tension actuelle en Corse, l'élu devait prévenir les risques avérés d'atteinte à l'ordre public.

C'est une première. Le tribunal administratif de Bastia a donné raison au maire de Sisco en validant son arrêté municipal interdisant la baignade sur ses plages à toute personne ne portant pas une tenue correcte, et notamment le burkini. Le juge des référés a rejeté mardi après-midi la requête déposée par la Ligue des Droits de l'Homme pour faire suspendre cet arrêté, a appris BFMTV.com.

Le tribunal administratif a "considéré qu’en l’espèce, compte tenu des récents événements du 13 août 2016(...) et du fait que l’émotion n’est pas retombée, la présence sur une plage de Sisco d’une femme portant un costume de bain de la nature de ceux visés par l’arrêté du 16 août 2016 serait dans les circonstances particulières de l’espèce de nature à générer des risques avérés d’atteinte à l’ordre public qu’il appartient au maire de prévenir".

"Nous sommes sur une poudrière"

C'est la première fois qu'un tribunal administratif valide un arrêté anti-burkini depuis que le Conseil d'Etat a suspendu celui pris à Villeneuve-Loubet, estimant qu'aucun trouble public n'avait été provoqué par le port de cette tenue vestimentaire recouvrant l'ensemble du corps à l'exception des mains, des pieds et du visage. Une décision qui avait jusqu'alors fait jurisprudence lors de l'examen par les différents juges des référés des recours déposés par la Ligue des Droits de l'Homme sur les arrêtés dits anti-burkini pris dans les autres communes françaises.

Le maire de Sisco s'est félicité de cette décision. "C'est un soulagement, le tribunal administratif a remis les pendules à l'heure", s'est réjoui sur BFMTV Ange-Pierre Vivoni. "J'ai toujours dit que je ne connaissais pas le burkini et j'ai pris mon arrêté pour calmer les esprits, poursuit l'élu. Nous sommes sur une poudrière.

Le 16 août dernier, le maire de Sisco, dans le nord de la Corse avait pris un arrêté visant à interdire sur ses plages la baignade des personnes ne portant pas une tenue correcte. Cette décision était une conséquence de la violente rixe qui avait éclaté quelques jours plus tôt, le 13 août, sur l'une des plages de la commune et qui avait vu des jeunes habitants du village se battre avec des familles d'origine maghrébine vivant en Corse. Un temps évoqué, aucune femme ne portait de burkini.

bfmtv.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article