Emmanuelle Cosse défend la création de 9.000 places pour les migrants de Calais

Publié le 26 Septembre 2016

Emmanuelle Cosse défend la création de 9.000 places pour les migrants de Calais

La ministre du Logement Emmanuelle Cosse a souhaité, dimanche, «une politique d'accueil qui soit digne», en défendant la création de 9.000 places pour les migrants actuellement présents dans la «jungle» de Calais.

«Il est temps qu'on ait une politique d'accueil qui soit digne et qui permette de répondre différemment à cette problématique», a dit la ministre sur iTELE, à l'occasion de l'émission «Dimanche politique» dont elle était l'invitée. «Nous ouvrons 9.000 places en CAO (centres d'accueil et d'orientation) réparties sur tout le territoire, malgré l'opposition de certains dirigeants qui, par ailleurs, n'ont aucune compétence en la matière», a tancé la ministre. «Nous discutons avec les élus locaux, nous cherchons les bâtiments», a-t-elle poursuivi.

«Arrêtons de raconter qu'ils veulent tous aller en Angleterre»

«Est-ce qu'au nom du fait que des personnes voudront toujours passer en Angleterre, on doit laisser les gens dans cette jungle, on doit laisser les forces de l'ordre exposées à des violences extrêmement difficiles, je ne le crois pas». Pour la ministre, «dans la période, ce qu'il faut, ce sont des actes et pas des polémiques, même sur des chiffres» alors que la situation est «extrêmement tendue» à Calais. Et «arrêtons de raconter que tout le monde veut aller en Angleterre», a-t-elle ajouté.

Emmanuelle Cosse a aussi souligné que la mise en place des centres d'accueil pour les migrants est faite «en plus de l'augmentation (des hébergements) pour les autres publics» en difficulté

leparisien.fr

Vidéo. Migrants : «Le salaire de la peur» pour les routiers à Calais

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Immigration

Commenter cet article

samantha 26/09/2016 16:39

Cette ministre au rabais, ne cherche qu'à faire avancer sa carrière de politique en utilisant les clandestins et en faisant culpabiliser les francais qui sont contre cette immigration forcée.