En France, les dégâts de tous côtés sont immenses

Publié le 15 Septembre 2016

En France, les dégâts de tous côtés sont immenses

Je regarde la France de loin et, je dois le dire, je la regarde avec tristesse et colère.

J’ose espérer que l’élection présidentielle de 2017 va doter à nouveau le pays d’un président digne de ce nom, mais il m’arrive d’en douter tant les dégâts de tous côtés sont immenses.

L’été qui s’achève a été marqué par des attentats islamistes atroces, l’un par le nombre de ses victimes, à Nice, l’autre par sa dimension symbolique, à Saint-Étienne du Rouvray.

Pourtant, cet été s’est poursuivi par des discours consternants parlant de la nécessité d’un islam de France.

Peu de temps après, a éclaté l’affaire du burkini, qui s’est achevée, pour l’heure, par une décision lamentable du Conseil d’État.

Si j’étais en France, je me demanderais de qui se moquent ceux qui parlent d’islam de France. Je me demanderais aussi sur quelle planète vivent les membres du Conseil d’État.

En tant que Français vivant hors de France, je le dis : je me sens insulté dans mon intelligence et dans mon sentiment d’appartenance à un peuple qui subit une triple agression : celle émanant de l’islam conquérant, celle de dirigeants politiques pensant les Français assez stupides pour ne pas savoir que l’islam ne s’arrête pas aux frontières, et celle d’une nomenklatura retranchée dans ses palais officiels, et incapable de voir qu’envahir des plages avec des tenues de soldats islamiques constitue une agression, doublée, si peu de temps après Nice et Saint-Étienne du Rouvray, d’une insulte.

Un président digne de ce nom dirait, non seulement que la France est en guerre, parce que l’islam radical a déclaré la guerre, mais il en tirerait les conséquences en termes de flux migratoires, d’expulsions et d’incarcérations.

Il jetterait aux orties les discours sur l’islam de France pour tenir un discours net et tranché sur l’islam, en demandant aux autorités musulmanes présentes sur le sol français des positions précises sur le terrorisme, le djihad, l’égalité de droit entre hommes et femmes (liste non exhaustive)…

Il interdirait toute tenue islamique sur la plage et sans doute en d’autres lieux : il existe assez de pays musulmans sur terre pour que les femmes qui veulent jouer au fantôme (et faire peser sur les femmes qui ne jouent pas au fantôme le risque d’être traitées comme des prostituées) puissent aller y jouer ailleurs. Et le vieil adage qui demande qu’à Rome, on fasse comme les Romains, doit s’appliquer en France.

Le printemps qui a précédé l’été a été marqué par des grèves destructrices qui ont conduit à des manifestations et à des émeutes.

L’économie française se porte mal, le chômage et la pauvreté se situent à des niveaux très élevés.

Un président digne de ce nom devrait prendre des décisions indispensables en matière de déréglementation, de baisse des impôts et des charges et de flexibilité aux fins que l’économie se redresse.

Il devrait faire intervenir la police, voire l’armée, si des syndicats révolutionnaires font ce que la CGT a pu faire impunément.

Je n’ai évoqué là que quelques dossiers. Il en est d’autres, nombreux, hélas.

Si je devais parler des manuels scolaires, j’en aurais pour longtemps. Si je devais parler des lubies écologiques coûteuses et destructrices, j’en aurais pour plus longtemps encore.

J’ose espérer, oui, que l’élection présidentielle de 2017 va doter à nouveau le pays d’un président digne de ce nom, mais les dégâts de tous côtés sont immenses, et je doute qu’il soit possible de les affronter tous simultanément.

Je doute parfois qu’il soit possible de leur trouver remède. Je constate, et c’est ce qui me fait douter par-dessus tout, qu’une chape de plomb médiatique pèse, détériore l’information, rend la connaissance inutile.

Soulever et dissoudre la chape de plomb devrait être une priorité. Est-ce envisageable ? Je me suis battu pour cela pendant des années. Je dois constater que la bataille n’a, pour l’heure, pas été gagnée.

Je regarde la France de loin, puisque je suis à des milliers de kilomètres d’elle. La tristesse et la colère qui m’imprègnent quand je la regarde tiennent à ce qui s’y passe. Elles tiennent aussi à la chape de plomb que je perçois dès que je me rends sur les sites de la plupart des journaux français.

Guy Millière

dreuz.info

Adapté d’un article publié sur les4verites.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article