Non à la création de micro jungles de Calais au cœur de nos régions !

Publié le 12 Septembre 2016

Non à la création de micro jungles de Calais au cœur de nos régions !

J’ai écrit au Premier ministre pour l’interroger sur les intentions du gouvernement.

Ici, en Provence-Alpes-Côte D'Azur, comme partout en France, on impose l'accueil de migrants à des maires, en particulier dans nos territoires ruraux. Une fois de plus, avec ce gouvernement, l'Etat abandonne nos élus locaux et nos maires en particulier, les laissant seuls face à cette pression migratoire.

Depuis plusieurs jours, on les interroge sur leurs capacités d'accueil temporaire de migrants en transit.

Ce caractère temporaire, on l'avait promis aussi aux élus et habitants de Calais. Sur quel fondement le gouvernement entend-il garantir ce caractère temporaire? Avec quels moyens aux côtés de nos communes?

Impuissant à démanteler la jungle de Calais, le gouvernement entend-il disséminer les migrants en transit dans nos régions? Cela ne reviendrait à rien d'autre qu'à déplacer le problème et, au final, à créer au cœur de nos régions autant de micro "jungles de Calais".

Je veux dire au Premier ministre ma ferme et totale opposition à tout projet de la sorte et j'attends de lui qu'il nous éclaire et nous rassure sur les intentions du gouvernement.

En échec depuis presque cinq ans en matière d'immigration, ayant en particulier laissé le nombre de migrants à Calais passer de moins d'un millier en 2012 à plus 10.000 aujourd'hui, rien n'autorise ce gouvernement, à quelques mois de l'échéance présidentielle, à jouer aux apprentis sorciers.

Au moment où les élus de nos communes sont ainsi interrogés par l'Etat, je m'étonne d'ailleurs, que les présidents des exécutifs locaux n'aient en rien été officiellement sollicités. Voilà pourquoi je saisirai également les présidents de l'AMF, de l'ADF et de l'ARF pour qu'une discussion coordonnée puisse avoir lieu avec l'Etat afin , parce que c'est sa responsabilité, de connaître précisément la méthode, les moyens et le calendrier du gouvernement.

S'agissant de Calais, enfin, confrontés aux migrants qui cherchent à rejoindre l'Angleterre, il appartient à nos amis britanniques désormais de traiter les demandes de ceux qui cherchent asile chez eux. Voilà ce à quoi devrait travailler le gouvernement.

Rédigé par Christian Estrosi

Publié dans #France, #Immigration

Commenter cet article