Immigration: à ceux qui marchent sur la tête… Ça suffit !

Publié le 2 Septembre 2016

Immigration: à ceux qui marchent sur la tête… Ça suffit !

Ça suffit ! Basta ! À croire que la France cartésienne, celle de la pensée claire et du terme juste, a été liquidée avec le reste de l’esprit français. Les coquecigrues sont encouragées, sous l’influence d’un gauchisme culturel qui a table ouverte chez les médias suiveurs. Des "sociologues" y soutiennent que le burkini, cette affirmation d’un séparatisme identitaire, favorise le "vivre ensemble". Des sermonnaires s’indignent qu’un restaurateur de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) interdise son établissement à deux femmes voilées (scène filmée), mais ne disent rien du "camp d’été décolonial" de Reims, ce week-end ; cette initiative a pourtant refusé l’accès aux Blancs et se revendique de la "Team grand remplacement", référence ironique au phénomène démographique et religieux en cours décrit par Renaud Camus. Le Collectif pour l’islamophobie en France (CCIF) soutient ce racisme des antiracistes. Tout un monde marche sur la tête.

C’est ainsi que Calais, envahi par 10 000 immigrés, est devenu invivable. La ville est confrontée à des guérillas quotidiennes menées par des clandestins armés. "La violence des migrants n’est pas montée d’un cran mais de dix étages", estimait, mardi, un responsable des transporteurs routiers, cibles des assauts pour passer en Grande-Bretagne. Or, c’est à Calais que Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, était venu leur dire, en mai 2015 : "J’aimerais que vous demandiez l’asile en France." Le maire (LR), Natacha Bouchart, assurait alors : "Les Calaisiens pourront s’enrichir de ces populations migrantes." Cette infantilisation du discours a créé le chaos prévisible. Ce qui n’empêche pas Emmanuelle Cosse, ministre du Logement, de vouloir réquisitionner des lieux publics pour accueillir davantage d’exilés. Tout bon sens est proscrit chez ces prêcheurs clonés.

La confusionite atteint Alain Juppé, quand il dit avoir "le rassemblement de la droite pour maître mot" tout en excluant le FN qui parle pourtant, sur les questions de société, comme le RPR en 1990.

Ivan Rioufol

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Immigration

Commenter cet article