Insécurité à Lille : lettre au vitriol d’un chercheur à Martine Aubry

Publié le 19 Septembre 2016

Insécurité à Lille : lettre au vitriol d’un chercheur à Martine Aubry

Un éminent chercheur lillois, sympathisant de gauche, s'inquiète de l'insécurité grandissante dans le centre-ville...

A la ville, Philippe Froguel est un Lillois comme les autres. Au travail, il dirige l’un des laboratoires de recherche les plus en pointe au monde, sur le traitement du diabète. Mais c’est l’habitant de Lille-Wazemmes qui s’exprime dans une « lettre ouverte » adressée vendredi à Martine Aubry. Son courrier dresse un tableau édifiant de la « détérioration rapide de la sécurité publique » dans son quartier.

Madame la maire,

Le samedi 30 Juillet à 17h rue Gambetta j’ai été agressé par un voleur à l’arraché qui n’a pas eu ma gourmette mais n’a pas raté ma main droite cassée à plusieurs endroits. Deux interventions chirurgicales plus tard jen’ai pas retrouvé l’usage de ma main. Mais au-delà de ce fait divers je m’interroge sur les raisons d’une détérioration aussi rapide de la sécurité publique dans ce quartier de Lille et ailleurs aussi apparemment. D’autant qu’au même endroit on avait déjà vainement essayé de me voler mon téléphone portable. Quand j’ai porté plainte les policiers m’ont indiqué qu’ils connaissaient le problème mais qu’ils ne pouvaient rien faire faute de vidéo surveillance. En fait, selon les commerçants du quartier (corroboré par la Voix du Nord),cette détérioration de la sécurité est récente et liée à l’installation de caméras rue Jules Guesde à Wazemmes qui a déplacé les tireurs à l’arraché vers Gambetta. Je n’ai peut-être pas eu de chance, mais un informaticien de mon laboratoire a subi la même mésaventure une semaine plus tard qui heureusement ne lui a coûté que son portefeuille.

Je vis dans le quartier vers la place Casquette depuis 7 ans et je trouve que la situation s’est fortementdétériorée. Dans la journée les gangs ne se cachent même plus pour faire leur « business » ou même pour sebattre entre eux en plein jour. En attendant une balle perdue comme à Marseille ? La semaine dernière lesmamans ne pouvaient emmener leurs enfants au square Flandre-Manuel qui avait été cadenassé pour« privatiser » le secteur pour les dealers apparemment ! Notre quartier populaire et très divers a bien changéavec beaucoup de stigmates d’une régression communautaire. Je suis pour le droit des femmes à porter cequ’elles veulent mais cela doit être réciproqueentre cultures: on ne peut condamner l’islamophobie sansexiger un respect réciproque des femmes non musulmanes s’habillantnotamment légèrement en temps decanicule. La vie lilloise des femmes de mon laboratoire devient un calvaire, entre les manifestationsméprisantes des islamistes de tous poils et le harcèlement sexuel incessant des mâles à pied ou en voiture.La situation de la femme est déplorable à Lille. Mais pas que de la femme ! Toujours la semaine dernière unhomme en short a été insultépar des islamistes car il revenait du sport dans cette tenue. Sans compter les trèsnombreux marginaux qui avec leurs chiens terrorisent les passant(e)s pour exiger de l’argent. Ce matin Boulevard Montebello, j’ai aussi pu voir un adulte qui avant de prendre son automobile s’est soulagé contrele mur et deux jeunes fumant dans la station de métro. Bref, de la violence à l’incivilité généralisée il n’y aqu’un pas qui est en train s’être franchi à Lille.

Il me semble indispensable d’éradiquer le problème sous peine de faire fuir les classes moyennes et les étudiants du centre de Lille (étudiants très ciblés par les voyous au printemps rue Solferino en particulier).Et sous peine de détruire l’activité économique des rues commerçantes de notre quartier livrées à la pègre et sans présence policière hors marchés. Simplement mettre des caméras là où s’est le plus dégradé ne fait que déplacer le problème, voire l’aggraver en le disséminant dans toute la cité. Ignorer le danger sans réagir est irresponsable il n’y a pas que le terrorisme comme problème urbain et l’insécurité quotidienne négligée tue et abîme des vies. Et renforce le populisme.Je pense qu’il est indispensable que la mairie de Lille se saisisse enfin de l’urgence à réagir, avec la préfecture, la Métropole voire le département et la Région pour que Lille ne finisse pas comme Marseille. Au lieu de mesures ponctuelles, un plan global de sécurisation et de lutte contre les incivilités doit être discuté avec l’ensemble des élus, les populations des quartiers concernés et être mis en œuvre dès que possible. Les lillois doivent savoir qu’on prend au sérieux ce problème et qu’on le règle avec professionnalisme.

Pour ma part, responsable de structures de recherche et d’enseignement à l’université de Lille et à l’Institut Pasteur de renommées mondiales,j’aimerais pouvoir attirer encore des chercheurs et des étudiants à Lille sans mettre en péril leur sécurité et celle de leurs familles.

Je vous prie de croire Madame la maire à l’expression de mes sentiments les meilleurs

20minutes.fr

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article

poilagrater 21/09/2016 09:58

elle s'en fou royalemant !