Lyon : Kamel Abbas, chauffeur de bus et violeur en série

Publié le 20 Septembre 2016

Lyon : Kamel Abbas, chauffeur de bus et violeur en série

Entre le 18 octobre et le 31 janvier 2013, Kamel Abbas, un ancien chauffeur de bus âgé de 39 ans, a semé la panique dans la capitale des Gaules. Son crime ? Avoir agressé sexuellement six jeunes femmes. Il comparaît ce lundi devant les Assises du Rhône.

Le modus operandi est toujours le même. Drapé de noir de la tête aux pieds et le visage dissimulé par une cagoule, il attend la tombée de la nuit pour agresser ses victimes. Son lieu de prédilection ? Le 8ème arrondissement lyonnais, un quartier étudiant où Kamel Abbas a pris l’habitude de menacer des jeunes femmes âgées d’une vingtaine d’années avec un couteau avant d’abuser d’elles. Elles sont six à avoir croisé sa route, âgées entre 22 et 26 ans, dont trois étudiantes. Six femmes marquées à vie par les actes barbares de l’ancien chauffeur.

A l’époque, la psychose prend une telle ampleur que les universités Lyon 1 et Lyon 2 mettent en garde plus de 30 000 étudiants à l’aide de courriers électroniques. Pour autant, impossible pour les enquêteurs de mettre la main sur le violeur, l’ADN découvert sur les lieux des agressions n’apparaissant ni dans le fichier des délinquants sexuels, ni dans le FNAEG, ni dans celui des personnes recherchées…

Mais début 2014, Abbas est surpris en flagrant délit de viol dans un parking lyonnais, celui-là même où il avait abusé sexuellement de sa quatrième victime un an auparavant.

Mis en examen, il reconnaît alors le dernier viol, mais le lien avec les affaires précédentes va être fait grâce à un progrès scientifique de taille : l’élaboration d’un portrait-robot à partir d’ADN ! En clair, finis les seuls témoignages des victimes pour dessiner le visage de l’agresseur. Là, les techniciens de la police scientifique sont allés puiser directement dans les chromosomes du suspect retrouvés sur les lieux des crimes pour établir son portrait-robot. Ainsi, grâce à une seule cellule ADN, les enquêteurs ont pu connaître la couleur de peau, celle des yeux et des cheveux du violeur ainsi que la forme de son visage…

Je reconnais tous les faits“, a déclaré Kamel Abbas au premier jour de son procès qui doit durer jusqu’à vendredi devant la cour d’Assises du Rhône. Ce dernier, qui reste présumé innocent, encourt jusqu’à 20 ans de réclusion.

lenouveaudetective.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Faits-divers

Commenter cet article

poilagrater 21/09/2016 09:41

une bonne tronche de pas fini ??