Quinquennat François Hollande: l’horreur fiscale

Publié le 30 Septembre 2016

Quinquennat François Hollande: l’horreur fiscale

Le quinquennat de François Hollande restera comme celui de l’horreur fiscale pour les familles. Le candidat en campagne l’avait pourtant assuré : après l’effort des premières années viendrait le réconfort par la redistribution. Las, la promesse est vite devenue un mensonge aussi inexcusable que prévisible ! Le chef de l’État ne peut pas déplorer sa malchance, dire, comme sur le chômage, qu’il « n’a pas eu de bol ». S’il a été très léger sur l’emploi, il a eu la main très lourde sur la fiscalité. Ce matraquage, il l’a voulu puisqu’il n’a rien fait pour amaigrir l’État glouton, tailler dans la dépense publique ni réduire la gabegie sociale.

Si les ménages aux revenus modestes bénéficient d’une petite fleur en cette fin de mandat, l’immense majorité des classes moyennes continue à payer la facture. Entre 2012 et 2016, tous prélèvements confondus, elles ont vu le montant de leur tribut augmenter de quelque 35 milliards d’euros. La fiscalisation des heures supplémentaires, la double baisse du quotient familial et la majoration de l’impôt pour les retraités ayant élevé trois enfants ont sérieusement salé la note. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que le consentement à l’impôt ait toujours plus de plomb dans l’aile, que les Français soient toujours aussi nombreux à aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte – et pas uniquement ceux qui sont éligibles à l’impôt sur la fortune.

Il est désespérant de constater que le démon de l’impôt n’aura jamais quitté le pouvoir socialiste. Terrassé par l’impopularité...

Yves Thréard

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Hollande

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 30/09/2016 17:47

Quinquennat Hollande : horreur tout court...