Seine-Saint-Denis: Bernard de la Villardière agressé par un groupe de salafistes et de dealers

Publié le 29 Septembre 2016

Seine-Saint-Denis: Bernard de la Villardière agressé par un groupe de salafistes et de dealers

Christian Hofer: La même racaille qui a été surprotégée par ces journalistes bien-pensants au nom du multiculturalisme et du vivre-ensemble.

Il est vrai que cela est beaucoup moins enrichissant lorsqu'on est vraiment confronté à la racaille que l'on protège. Le choc entre la réalité et l'idéologie socialiste n'est visiblement pas au goût du journaliste. Pourtant le grand danger de la France est le FN, je ne comprends pas...

**********

Ce mercredi soir, sur M6, Bernard de la Villardière présente Dossier Tabou, une enquête sur l'islam pour laquelle il est allé sur le terrain. Dans C à vous, le journaliste révèle avoir été agressé à cette occasion.

Dans Dossier Tabou, diffusé ce mercredi soir sur M6, Bernard de la Villardière enquête sur l'islam, sur les imams, dont 70% à 80 % viendraient de l'étranger, sur les écoles musulmanes, dont certaines sont dirigées par des salafistes, et sur les prisons, qui sont devenues de hauts lieux de radicalisation.

A Sevran, en Seine-Saint-Denis, ville que de nombreux mineurs ont quitté pour faire le djihad, Bernard de la Villardière et son équipe ont été malmenés par une bande de jeunes.

lesobservateurs.ch

__________________________________________________________________________

Bernard de la Villardière "inquiet"

A Sevran, en Seine-Saint-Denis, ville que de nombreux mineurs ont quitté pour faire le djihad, Bernard de la Villardière et son équipe ont été malmenés par une bande de jeunes.

Le journaliste révèle ne pas avoir été serein pendant l'altercation, arrêtant le tournage pour ne pas que les choses dégénèrent. "J'étais un peu inquiet. On a 'décroché', entre guillemets, prudemment, sinon ça risquait de mal se passer", explique-t-il.

Le présentateur de Zone Interdite avait refusé d'être suivi par la police durant son reportage. "Les policiers m'avaient dit: 'Quand vous venez à Sevran, dites-nous et puis on ne restera pas loin'. Mais je refusais de recourir à ce subterfuge. Je ne les ai pas prévenus."

lexpress.fr

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Faits-divers, #Immigration

Commenter cet article

Vernant 03/12/2016 11:13

par soucis d'objectivité, je pense qu'il serait judicieux et nécessaire de diffuser aussi la vidéo tournée par les fameuse "racailles" qui ont agressé le journaliste, elle apporte des informations importante pour comprendre la situation dans son intégralité...