Blois: le préfet réquisitionne des logements pour les migrants

Publié le 17 Octobre 2016

Le préfet de Loir-et-Cher indique avoir réquisitionné 15 logements de Terre de Loire Habitat dans le centre-ville de Blois, pour accueillir 60 migrants.


Le démantèlement de la « jungle » de Calais et la répartition sur le territoire des migrants qui s'y entassent dans des conditions déplorables approche. En Loir-et-Cher, précise un communiqué de presse du préfet envoyé ce jeudi à notre rédaction, le plan du gouvernement prévoit « l'ouverture de 60 places d'hébergement supplémentaires, en proportion avec le poids démographique du département dans la région Centre-Val de Loire. » Ces places ont été trouvées, à Blois. Voici le détail du dispositif.

Quoi ? Les personnes déplacées en provenance de Calais sont accueillies dans des Centres d'accueil et d'orientation (CAO). A Blois, il en existe déjà un de 50 places, depuis un an dans les locaux de l'Association pour la formation professionnelle des adultes. La vocation des CAO, rappelle la préfecture, est de prendre en charge dans l'urgence « de manière transitoire des personnes dont la situation administrative au regard de l'asile n'est pas explicitée. »

Certaines choisiront de déposer une demande en France, où leurs dossiers seront instruits. D'autres ont déjà entrepris cette démarche dans un autre état de l'Union européenne, vers lequel elles seront donc renvoyées. Reste ceux dont la requête a été rejetée et qui seront, en principe, expulsés vers leurs pays d'origine.

Précision importante : il ne faut pas confondre les   CAO avec les Cada (Centres d'accueil des demandeurs d'asile) qui « hébergent des personnes qui ont effectué en France une demande d'asile et que ce statut protège du fait des conventions internationales en vigueur. » En Loir-et-Cher, on trouve des Cada à Blois, Romorantin et Vendôme. Un projet est à l'étude à Salbris.

Qui ? Le communiqué préfectoral n'indique pas si les 60 migrants supplémentaires attendus en provenance de Calais seront des hommes ou des femmes seuls, voire des familles. Les mineurs isolés feront, pour leur part, l'objet d'un traitement différencié.

Où ?« Aucune autre solution n'ayant pu être identifiée », le préfet indique avoir réquisitionné, le 11 octobre, 15 appartements qui appartiennent au bailleur social Terres de Loire Habitat, tous vacants et « regroupés sur un même site » (lire ci-dessous). Il s'agit, estime le représentant de l'État, de « la meilleure option envisageable pour prendre en charge ces personnes dans des conditions dignes et décentes pour elles-mêmes, comme pour la préservation de l'ordre public. » L'État finance intégralement cette opération « dans les conditions du marché locatif. »

Quand ? La date du transfert des 60 migrants de Calais à Blois n'est pas encore connue. L'évacuation du camp serait néanmoins imminente.

Pourquoi ? Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, a promis de fermer « la jungle », un endroit où la dignité humaine est bafouée et où les migrants qui souhaitent rejoindre la Grande-Bretagne sont la proie des passeurs. La présence de ce camp provoque de vives tensions à Calais.

lanouvellerepublique.fr

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Immigration

Commenter cet article