Centres pour migrants : le scandaleux éditorial du Monde !

Publié le 27 Octobre 2016

Le journal bien-pensant Le Monde vient de se surpasser. Dans son éditorial du mardi 25 octobre, il enjoint aux Français et à leurs élus d’ouvrir les yeux et de construire nombre de centres en dur pour accueillir et intégrer les migrants. Pour lui, il faut éviter à tout prix de nouvelles « jungles de Calais ».

Le Monde a un argument prétendument imparable : les réfugiés vont continuer à déferler au même rythme. On ne peut rien faire contre « cette loi naturelle » aussi immuable que la gravitation. Il assène, en outre, que l’immigration génère de la croissance, et est indispensable (au vu de la baisse démographique).

Mais tout ce bel édifice repose sur des mensonges éhontés.

L’arrivée des réfugiés n’est absolument pas bénéfique sur le plan économique ! Bien au contraire ! Les chiffres donnés par Le Monde lui-même le prouvent ! Les médecins, les ingénieurs, les diplômés du supérieur sont fort rares parmi les nouveaux arrivés. Malgré toute leur bonne volonté, une forte minorité d’entre eux (50 % dans les 5 ans, 20 % du total) restent au chômage et ne survivent que grâce aux minima sociaux. La charge devient insupportable pour nos finances exsangues.

(Les départements ne peuvent déjà plus financer le RSA !) La faillite est certaine dans les dix ans si on continue à recevoir 200.000 immigrés de plus par an ! (Dont au moins 40.000 personnes qui vivront 60 ans durant de charité publique.)

 

Mais le coût social, aussi, est effrayant. Si la grande majorité des réfugiés ont le désir, si ce n’est de s’intégrer, au moins de ne pas perturber leur pays d’accueil, il existe une minorité non négligeable dont les opinions sont problématiques. En effet, on peut considérer comme fanatique tout homme qui oblige son épouse, ses filles ou ses voisines à se voiler contre leur gré ou qui persécute les migrants chrétiens qui vivent dans le même centre que lui, comme on l’a vu en France et en Allemagne. Nous avons, chez nous, suffisamment de xénophobes ou de personnes au comportement totalitaire pour éviter d’en importer !

Ensuite, on peut stopper et contrôler le flux d’immigration. Il suffit d’opter pour une politique à l’australienne (en évitant ses dérives) de systématiquement renvoyer dans le pays de départ (Libye, Égypte, Turquie, Maroc) ceux qui débarquent sur les côtes européennes, de créer des camps tout confort dans ces pays où les migrants pourraient déposer leur demande d’asile et où ils resteraient le temps que celle-ci soit étudiée. On pourrait, alors, se permettre d’avoir des critères d’admission bien plus généreux que les critères actuels ! On éviterait, ainsi, le cycle infernal : on arrive en France, on met les enfants à l’école, du coup on est intégré et inexpulsable ! Enfin, il faut revenir à la politique du charter. Contrairement à ce que prétend Le Monde et les « migrantophiles », il n’y a aucune raison morale pour qu’un débouté du droit d’asile reste chez nous !

Non ! Le Monde se trompe du tout au tout ! Un homme politique lucide ne favoriserait pas l’immigration. Il l’arrêterait ! Sinon la France périra.

Christian de Moliner
Professeur agrégé et écrivain

bvoltaire.fr

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Immigration

Commenter cet article