François Hollande, ce boulet !

Publié le 1 Octobre 2016

François Hollande, ce boulet !

François Hollande est semblable à ces dirigeants qui n'ont aucune idée du cap à suivre et qui naviguent à la godille, persuadés que les vents les guideront naturellement vers le bon port…

Pour ceux qui douteraient encore de son intention de se présenter, Hollande vient de nous dévoiler un agenda de campagne électorale enchaînant déplacements et discours. Lundi 26 septembre, le président-candidat a débuté par Calais, ville éprouvée mais singulièrement ignorée durant ce quinquennat si prodigue pourtant en promesses électorales. Lors de sa visite, où il s'est peu aventuré en dehors de la cour de la gendarmerie calaisienne, François Hollande s'est engagé à démanteler définitivement le camp de migrants. Reconnaissons que, pour le moment, le seul camp que le chef de l'Etat soit parvenu à démanteler, c'est le sien.

«Il faut remettre l'action du chef de l'Etat en perspective», a-t-on annoncé à l'Elysée. Soit. Pourquoi pas. Le problème est que ce message présidentiel est, encore une fois, brouillé par les chiffres catastrophiques du chômage. Il est de plus en plus clair qu'en ayant soumis sa candidature de 2017 à l'inversion de la courbe des demandeurs d'emploi, le joueur Hollande a été mal inspiré. En misant tout sur cette case, il n'a pas «eu de bol», pour reprendre son expression si racée. Les chômeurs, non plus. Encore aujourd'hui, sa garde rapprochée se demande quelle mouche l'a piqué, la raison de cette déclaration d'intention gouvernementale intempestive, inconsidérée, mal ficelée, pas préparée et, pour tout dire, irréfléchie.

Hollande est un homme surprenant, en vérité, qui érige en dogme absolu le fait de remettre à demain, et même à après-demain, les décisions, et qui peut s'engager tête baissée sur une foucade avec l'impression que la chance est à ses côtés (comme la fois où il envisagea de bombarder la Syrie, se faisant fort d'entraîner Barack Obama dans cette aventure). Il est en cela semblable à ces dirigeants qui n'ont aucune idée du cap à suivre et qui naviguent à la godille, persuadés que les vents les guideront naturellement vers le bon port. Homme troublant, désespérément troublant, y compris pour ses proches les plus intimes, extrêmement perméable aux avis les plus contradictoires, et qui, dans le même temps, n'écoute personne, même quand il a donné l'impression de s'abreuver des conseils de ses interlocuteurs.

Joseph Macé-Scaron

marianne.net

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Hollande

Commenter cet article