François Hollande, le naufrage de la communication politique

Publié le 27 Octobre 2016

Hollande le naufrage politiqueCe n’est pas que François Hollande n’a pas de stratégie de communication, c’est qu’elle est la pire possible !

Sur le bulletin de notes de fin d’année de ce Président de la République serait inscrite par le professeur de « communication politique » la formule « A touché le fond, mais creuse encore » pour désigner ce naufrage de la communication politique.

Ce Président de la République aura coché toutes les cases de la pire stratégie de communication politique qui soit. Des couacs successifs aux polémiques incessantes en passant par ses contradictions continues jusqu’à ses soudains revirements, François Hollande ne s’est rien épargné en termes de communication politique désastreuse. Il n’aura pas réussi à maitriser un seul instant de sa communication politique depuis son accession au pouvoir, abimant immédiatement son image.

Ne pas raccompagner Nicolas Sarkozy depuis le perron de l’Elysée était sans doute annonciateur de ce que serait ce quinquennat de communication politique. François Hollande a inventé un style : le président journaliste. Pour être sûre que son action politique soit commentée comme il le souhaitait, il aura choisi de passer son temps à le faire. Faites le test, n’importe quel texto qui lui arrive reçoit une réponse sans filtre… Le dernier exemple en date c’est cette offensive de communication aussi soigneusement préparée que… passée inaperçue… et pour cause ! Elle était censée préparer sa candidature à la prochaine élection présidentielle. Résultat ? Elle a été torpillée par les révélations fracassantes contenues dans le livre intitulé « Un président ne devrait pas dire ça« . Un livre rédigé sur les confessions de François Hollande à deux journalistes.

Insultants ses adversaires politiques, méprisant les juges, violant le secret défense … Difficile d’imaginer pire boulet pour l’image du Président de la République. Mais déjà sa photo officielle était un sacré raté. C’est Raymond Depardon qui a été chargé de la réaliser. Le cliché est banal, fade et quelconque. Le visage terne et éteint. Les bras brimbalants. Il a choisi de se faire photographier hors de l’Elysée pour mieux installer sa stature présidentielle… allez y comprendre quelque chose…

Signe de sa déconnexion absolue du monde digital, sa séquence Périscope, cette application logicielle pour appareils mobiles qui permet de diffuser et explorer le monde au travers de vidéos en direct, se révéla être un désastre complet. Sa volonté de « faire jeune » a causé sa perte. Alors qu’il visite les locaux du site Showroomprivé, il décide de retransmettre en direct cette rencontre via Périscope. Les internautes se sont déchaînés et ont couvert d’insultes François Hollande.

Venons en à un autre exemple. L’affaire Leonarda. Une adolescente Kosovare est expulsée. François Hollande décide de faire une déclaration à la télévision. Il annonce alors qu’elle peut revenir seule en France, sans sa famille. En direct, sur une chaine d’informations en continu, Leonarda rejette vulgairement l’offre présidentielle et affirme péremptoirement « je ne reviendrai jamais sans ma famille ». Sa propre famille politique n’a toujours pas compris la stratégie qui a précédé au déploiement de cette communication politique. Y en avait il vraiment une ?

Inutile de revenir sur la révélation de sa liaison avec l’actrice Julie Gayet ou l’aussi bref que maladroit communiqué de presse transmis à l’AFP, annonçant avoir « mis fin à la vie commune qu'(il) partageait avec Valérie Trierweiler ». Toute la séquence est un raté exemplaire de non maitrise du message et de l’image présidentielle. L’incohérence de la parole et des actes ? En pleine promotion du made in France, fin juin 2014, le président de la République aborde une nouvelle paire de lunettes danoise ! La valorisation de son image ? Elle aura été marquée par la pluie ! Dès le jour de son investiture, le 15 mai 2012, il remonte les Champs-Elysées sous une pluie intense sans s’abriter. Ce scénario du « trempage présidentiel » va se répéter jusqu’à son discours de l’île de Sein. Trempé, les lunettes pleines de buée, l’image du Président apparaît terriblement abîmée.

Village potemkine de la communication politique présidentielle ce 29 octobre 2015, quand François Hollande et ses communicants montent un désastreux trompe l’oeil qui va s’effondrer et se retourner contre eux. En visite en Lorraine, François Hollande est suivi par de nombreuses caméras quand il va prendre le café chez Lucette, une retraitée. On apprendra quelques heures plus tard que tout a été mis en scène de la décoration au café, en passant surtout pas les sujets à aborder.

Le port de sa cravate a été tant moqué qu’il mérite d’être abordé ici. Systématiquement portée de travers, elle en dit long sur l’absence de maitrise de l’image présidentielle. Une autre erreur manifeste de communication politique révélatrice de l’amateurisme avec laquelle l’image de François Hollande aura été gérée pendant ce quinquennat mérite d’être évoquée : la photographie de sa visite officielle du Président au Kazakhstan. Le Président y apparait coiffé d’une chapka.

On ne reviendra pas sur la polémique indécente autour des « sans dents » qui donnera lieu à un feuilletonnage incongru par les commentateurs de notre vie politique.

Clou de l’amateurisme de la communication présidentielle : les journées européennes du patrimoine. Le compte Twitter officiel de l’Elysée poste une photo ridicule de François Hollande qui apparaît séparé des Français par un luxueux cordon de velours rouge, assis seul derrière son bureau et se faisant photographier par l’intégralité des visiteurs présents tel un animal dans un parc zoologique.

La communication politique c’est quoi au fond ? C’est tout ce qui est mis en oeuvre pour valoriser un homme et des idées. Double échec quinquennal. Même sans volonté de rédiger un pamphlet, dresser le bilan de la communication politique de François Hollande à l’Elysée est un exercice difficile car ce président de la République ne semble avoir réussi aucune opération de communication. Cela se traduit dans l’opinion par une perte de crédibilité évidente, une image dégradée auprès des Français, une illisibilité complète de son action politique… Ce bilan est triste parce qu’il est celui d’un Président de la République. La succession d’erreurs pourrait faire rire si elle n’était pas dramatique pour la fonction présidentielle.

Tout le quinquennat de François Hollande aura été émaillé de couacs successifs. Un couac chassant l’autre. L’amateurisme à l’origine de ces erreurs de communication a eu des conséquences durables dans l’opinion publique. Jamais un Président de la République ne sera tombé aussi bas dans les sondages. Jamais les électeurs n’auront prêté une oreille si inattentive à ce Président de la République qui n’aura cessé de bavarder. Le Président de la République a d’ailleurs souvent renouvelé son équipe de communication, manifestement sans jamais en trouvé le juste équilibre d’Aquilino Morelle à Claude Serillon en passant par Gaspard Gantzer. Résultat ? Jamais un président de la République n’était tombé si bas dans les sondages. François Hollande pourra dire : la communication politique m’a tuer.

L’absence de stratégie de communication politique de François Hollande signe aussi sans doute la dernière génération d’acteurs politiques déconnectée des internets, du monde digital et des nouveaux médias. François Hollande a cru pouvoir communiquer aujourd’hui comme il a communiqué hier et avant-hier. Erreur fatale.

Florian Silnicki
contrepoints.org

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Hollande

Commenter cet article