Censure internet: Mal penser est devenu un délit.

Publié le 30 Octobre 2016

C’est une question qu’il convient de se poser après le vote par la majorité socialiste (ou ce qu’il en reste) d’une mesure incluse dans la loi « Egalité et citoyenneté » et qui met gravement en jeu la liberté d’expression.

Pourrais-je continuer à dénoncer le discours laxiste d’une magistrate comme dans mon dernier article ? Aurais-je encore le droit de défendre Eric Zemmour ? Serais-je condamné pénalement si je m’inquiète d’une immigration non maîtrisée et d’un possible « Grand remplacement » ?

C’est l’objet, cette semaine, de l’édito de Guillaume Roquette dans les colonnes du Figaro Magazine :

La presse au tribunal

Guillaume Roquette

Guillaume Roquette

En toute simplicité, cette loi s’appelle Egalité et citoyenneté. On dirait le titre d’un livre de Christiane Taubira, mais celle-ci n’est pour. rien dans l’affaire : le projet a été concocté par trois membres du gouvernement Valls, dont une improbable secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité réelle.

L’objectif de cette loi – dont personne ou presque ne parle – est des plus louables : lutter contre les discriminations et le racisme. Mais son résultat est effrayant : sous prétexte de lutter contre les abus d ‘internet, elle remet en cause plusieurs principes fondamentaux de la liberté d’expression. Elle vide de son contenu la loi de 1881 protégeant la presse contre tous ceux qui rêvent de la faire taire. A l’avenir , toute enquête sur des sujets dits « sensibles » , toute tribune hétérodoxe sur l’immigration ou l’islam pourra être poursuivie pénalement par des associations militantes, sans prescription possible. Plus de vingt sociétés de journalistes appartenant à des médias de toutes tendances dénoncent « un projet de loi liberticide, qui met en péril l’un des piliers de la démocratie ».

Des lecteurs verront sans doute dans cette déclaration solennelle (voire dans cet éditorial) l’expression un peu grandiloquente d’une défense corporatiste. Ils auraient tort.

Cette loi est tout sauf anodine: elle parachève un système qui vise à réprimer par l’intimidation
et les poursuites judiciaires, les points de vue non conformes aux canons dominants .

Mal penser est devenu un délit.

Notre chroniqueur Eric Zemmour en est un exemple parfait : ses passages à la télévision entraînent désormais l’envoi de centaines de signalements au CSA, incitant ce dernier à ouvrir un dossier contre lui. L’objectif est transparent: décourager les chaînes de l’inviter, pour ne pas risquer les problèmes. Et quand Zemmour déclare son respect pour les terroristes islamistes, plus personne ne débat avec lui pour contester ses propos; ses contradicteurs préfèrent saisir directement le procureur de Paris. C’est devant la police judiciaire qu’il doit désormais défendre ses idées.

Et la situation n’est pas plus brillante ailleurs. En Belgique, le très officiel centre de déontologie journalistique vient d’édicter un lexique de tous les mots qui fâchent. Comme « clandestin » et « illégal », dont il faut désormais éviter l’emploi, car ce sont « des termes à connotation péjorative ». Il y a soixante-dix ans, George Orwell avait imaginé la novlangue pour son roman 1984. Nous y sommes.

Etonnament, nos nouveaux maîtres censeurs ne semblent même pas conscients de leurs contradictions. Ils entravent la liberté d’expression pour laquelle ils descendaient dans la rue il y a encore quelques mois. Ils prêchent le vivre ensemble, mais fracturent la société en communautés et minorités qui portent plainte plus vite que leur ombre. Et le pire est que toutes ces intimidations ne serviront à rien. Les Etats- Unis ont inventé le politiquement correct il y a quarante ans.

Aujourd’hui, ils ont Donald Trump !

Guillaume Roquette pour le Figaro Magazine

Et dire que depuis des décennies, on nous rabâche que la droite est liberticide et que la gauche défend la liberté ! Qui placardait sur les murs de Paris en mai 68, cette fameuse interpellation ?

La gauche défend la liberté … Oui, la liberté de penser à gauche !

balboa78

je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France, #medias

Commenter cet article