Marianne voilée car sans dent

Publié le 17 Octobre 2016

On serait tenté de croire à l’inconséquence des propos du chef de l’Etat. On serait tenté d’y voir une absence totale de pensée unifiée, mais plutôt des propos de comique-troupier à l’emporte-pièce, donnés pour amuser la petite galerie socialiste les samedis soir où la gauche se gave de caviar et déguste les saillies drolatiques des uns et des autres en gloussant de concert. Je prétends qu’il n’en est rien. Hollande a une pensée cohérente, cohérente dans son caractère révolutionnaire.

Nous savions que les socialistes n’ont aimé les pauvres que parce qu’ils les considéraient comme un réservoir de voix. C’est ainsi qu’ils cherchaient régulièrement à combattre les nouveaux riches et à chérir les nouveaux pauvres… C’est ainsi que le président Hollande appela les pauvres, les sans dents. Et c’est vrai qu’on ne peut que souhaiter voir ces sans dents voilés pour ne pas être offensés… Voilez ces bouches sans dents que je ne saurais voir ! Digne socialiste soucieux de maintenir au plus haut niveau possible son électorat potentiel : le prolétariat. Il le maintient dans la pauvreté et quand il ne le peut plus, il l’importe. La Marianne que Hollande imagine voilée est la parfaite synthèse de ce qui peut lui permettre de conserver le pouvoir.

Et notons au passage, au risque de provoquer un ulcère aux amoureux de la laïcité républicaine, qu’il y a une parfaite compatibilité entre la République et l’Islam. Pas seulement parce que dans les deux idéologies, on aime couper des têtes. Non. Il s’agit d’une compatibilité à la fois conjoncturelle et perpétuelle, il s’agit d’une alliance pour un même combat génocidaire.

Notre République est une forme idéologique d’Etat, c’est-à-dire une sorte de corps mystique de la Révolution. Le principe fondateur, l’ADN de la révolution, est la dé-civilisation. C’est-à-dire la destruction de notre civilisation. Cela agit comme un virus, un programme, qui mute à chaque fois qu’un stade de destruction est accompli. Ce virus caméléon est bien sûr protéiforme. Il a pris la couleur de la nation et du jacobinisme pour tuer l’héritage de l’ancien régime. Il a pris la couleur de l’anticléricalisme et de la laïcité pour tuer l’héritage judéo-chrétien. Il a pris les couleurs du modernisme, du féminisme, du Gender pour détruire la cellule familiale. Il prend désormais les couleurs du multiculturalisme et de la soumission à l’Islam pour achever ce qui reste en entier et détruire tout notre héritage.

L’Islam, de son côté, a, comme code interne, de tuer la personne humaine, de revenir sur le projet de Dieu de faire de l’homme une personne libre. Tout doit être soumission au livre incréé dans un fétichisme qui exclut tout usage de la raison. Pour plaire au Dieu vengeur que les musulmans se sont choisis, et dont je refuse de penser qu’il s’agit du Dieu d’Abraham, de Moïse et de Jacob, il convient de purger le monde de tout ce qui n’est pas musulman, puis de le purger de tous les mauvais musulmans, puis de tout ce qui éloigne les musulmans de la soumission, c’est-à-dire, la femme. Cette technique de la purification par oblations successives de parties de l’humanité, pour conserver systématiquement un reste pour l’étape d’après, est à la fois tout à fait semblable à celle des révolutionnaires mais révèle surtout un caractère diabolique. Satan est dépendant de ce qu’il détruit, comme le feu l’est du bois. Il convient donc de diviser ce bois à brûler pour prolonger le mal.

L’Islam et la République partagent bien un même pédigrée. Les boutades d’Hollandes ne sont que les ricanements des démons qui l’inspirent. Le citoyen de demain sera musulman et sans dents. Double précaution pour qu’il ne morde pas !

Paul Voltor 

mauvaisenouvelle.fr

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article