Marisol Touraine, reine de l’enfumage !

Publié le 2 Octobre 2016

Marisol Touraine, reine de l’enfumage !

L’oeil pétillant et le sourire conquérant, la ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, nous a annoncé la fin du déficit de la Sécurité sociale pour 2017. Un tantinet crédules, les journalistes ont applaudi avant de reprendre en choeur les chiffres et les éléments de langage fournis par le ministère : « Le trou de la Sécu a disparu. Le système est sauvé ! »

Je propose un petit arrêt sur image. D’abord, le “trou” de la Sécu est toujours là, béant. Il est géré par la Caisse d’amortissement de la dette sociale et pèse plus de 150 milliards d’euros. Cette dette sociale, sous forme d’obligations, est détenue à 94 % par des étrangers, asiatiques en majorité, alléchés par le bon rendement de nos cotisations.

Deuxième point : c’est vrai, la branche vieillesse de la Sécu va mieux. Mais Marisol omet d’expliquer que ce rétablissement est essentiellement dû à des mesures votées sous la droite. Des réformes ardemment combattues par la gauche quand elle était dans l’opposition ! Cette fois, l’indécence frôle le sordide. Triompher alors qu’on a jeté des centaines de milliers de manifestants dans les rues pour s’opposer à la réforme des retraites de Sarkozy relève de l’arnaque ! J’ajoute que la gauche avait promis, pendant la campagne présidentielle de 2012, d’abroger ces dispositifs votés sous la droite. En fait, elle les a confortés.

Autre victoire revendiquée par Touraine : l’équilibre de la branche famille… En fait, il doit tout au matraquage sans précédent des familles et des classes moyennes qui ont vu fondre, voire disparaître, leurs allocations (l’APL sera diminuée, à compter du 1er octobre, pour plus de 650 000 foyers). Les associations qui étaient financées par cette branche ont été mises au pain sec avec une sévérité inédite sous la Ve République.

Certes, le déficit de l’assurance maladie diminue. Mais il se creusera de nouveau si Mme Touraine met en oeuvre les coûteuses promesses faites aux médecins libéraux et à la fonction publique hospitalière. Selon Roselyne Bachelot, qui fut ministre de la Santé sous Nicolas Sarkozy (2007-2010) : « Les économies sont quasiment exclusivement demandées au secteur du médicament, bouc émissaire immuable et bien pratique, au détriment des réformes de structure demandées par la Cour des comptes et qui ne sont qu’à peine amorcées. »

Question : que vaut mon petit billet d’humeur au regard de l’énorme opération d’enfumage réalisée par Touraine et Hollande ? Rien, bien sûr. Pour les Français, la Sécu a comblé son “trou” et les socialistes enregistrent un succès retentissant. On murmure même que Marisol Touraine sera nommée porte-parole de la campagne de François Hollande. À bien y réfléchir, je ne suis pas certain que ce soit une promotion…

Eric Brunet

valeursactuelles.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Gouvernement

Commenter cet article