Primaire de la droite: l'analyse du grand débat

Publié le 15 Octobre 2016

Cette analyse n’engage que moi.

 En bref.

Un réel succès : près de 6 millions de téléspectateurs !

Deux constats : la droite est en forme  /  six contre un

 Etalonnage :

Le Maire : le plus « théâtral ». On comprend vite que le « renouveau » est plus dans la façade qu’arbore le personnage que dans son programme très « droite classique ». Le renouveau de Bruno : du pipeau ?

Juppé : la plus belle conclusion. Le physique affiche les heures de vol, mais il le reconnait avec humour. Le maire de Bordeaux montre sa maîtrise et affirme son profil d’homme d’Etat.

NKM : la plus originale. Ses propositions décapantes suivent une logique très cohérente.  C’est elle  qui apporte le plus de fraîcheur dans le débat avec des propositions vraiment novatrices.

Sarkozy : le plus tendu. Il avait tiré la meilleure place. Sous les feux croisés de ses concurrents, il s’en est plutôt bien tiré. Toujours incisif avec le sens de la formule qui fait mouche. Mais ça devait bouillir à l’intérieur !

Copé : le plus bateleur. Beaucoup de faconde pour un discours qui ne s’est pas renouvelé depuis le  « pain au chocolat ». Brillant mais trop agressif.

Poisson : le plus déroutant. Ses réponses sont souvent basiques et pleines de bon sens, au risque de passer à côté des vrais problèmes. Un opni ?

Fillon : le plus précis. Il a été desservi par l’ordre du questionnement. Clair, fouillé, cohérent, il intervient avec calme, efficience et même une certaine élégance. Il entame une remontée justifiée parmi les adhérents et sympathisants de la droite.

 Conclusion :

Les programmes : une grande convergence, des différences sur le détail.  Rassurant.

Les personnalités : trois ont une carrure vraiment présidentielle, Sarkozy, Juppé, Fillon.

Un premier débat réussi mais le nombre des candidats rend difficile la sélection par les argumentations avancées en raison du caractère expéditif demandé aux réponses (1 mn). De plus l’ordre du questionnement peut influer sur le jugement. Ainsi Sarkozy s’est souvent senti obligé de réagir au détriment de ses propres propositions.

Les sondages après émission : ils donnent logiquement Juppé vainqueur, suivi de Sarkozy.  On est déçu du score de Fillon (11 à 13%).  En fait chacun des téléspectateurs est resté sur son choix, aucun des candidats n’ayant vraiment démérité.

 Jusque-là, tout va bien !

Prochain rendez-vous sur BFMTV. On espère une formule moins verrouillée.

Daniel HOULLE

calepindh.fr​​​​​​​

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Lesrépublicains

Commenter cet article

jacquelin 15/10/2016 09:38

Un seul but Marine et rien d'autre