Salin-de-Giraud: 54 ans et sans emploi, elle vit dans sa voiture

Publié le 6 Octobre 2016

Cathy vit à temps plein dans sa voiture depuis dix jours. PHOTO PHILIPPE DAUPHIN
Cathy vit à temps plein dans sa voiture depuis dix jours. PHOTO PHILIPPE DAUPHIN

À 54 ans, elle n'a plus de logement depuis trois mois maintenant

La situation lui est devenue insupportable. Si bien que Cathy a choisi de ne plus se cacher. Malgré son désespoir et une certaine pudeur liée à sa condition, la Salinoise a décidé de lever le voile sur sa traversée du désert. Après avoir vécu de petits boulots, dans le bâtiment notamment, puis avoir rejoint le Hameau du Phare ces derniers mois, la Lorraine d'origine n'a plus travaillé depuis huit mois. Voilà sept semaines, la situation a même pris une tournure dramatique. Elle a dû quitter son logement en raison d'une mésentente avec son propriétaire et devait trouver un autre point de chute. Mais alors que son déménagement était prêt, son futur bailleur a fait marche arrière. "Un locataire sans emploi, ça ne plaît pas trop", explique-t-elle.

"Envie de me battre, de ne plus avoir honte"

Pendant quelques mois, elle a été hébergée par des connaissances. Mais cela n'a pas duré. Depuis trois semaines, sa voiture est devenue son seul logement, son dernier bien. Pour elle et ses deux chiens, Isis et Lola. "Je ne m'en séparerai jamais. On se réchauffe la nuit", lâche-t-elle. Et de raconter son quotidien avec 460 euros par mois, entre des douches et des lessives chez des "gens que je connais" et des offres d'emploi auxquelles elle répond par le biais d'un café où elle peut se connecter. "J'ai même postulé jusqu'à la frontière italienne. Mais à 54 ans, c'est foutu", glisse-t-elle. La quête d'un emploi ressemble à une impasse. Son âge et ses problèmes physiques (mal de dos) laissent les portes désespérément closes pour Cathy, qui a travaillé durant douze ans dans le bâtiment et l'horticulture en Lorraine. En 2012, elle a quitté sa région pour changer de vie. Elle vend sa maison et rejoint Salin-de-Giraud. Sans imaginer que le quotidien n'est pas plus simple au soleil. Ses économies ? Envolées ! "Mais c'est de ma faute, j'ai tout bouffé, admet-elle. Je ne sais pas dire non..." Le début d'une longue descente aux enfers. "J'ai touché le fond mais j'ai envie de me battre, de ne plus avoir honte", insiste Cathy, qui ne désespère pas de trouver un toit.

Selon un agent administratif qui veille sur son cas ("Une personne très dévouée", avoue Cathy), il ne lui manque qu'un papier de la part du service des impôts pour que sa demande soit étudiée. "Mais les impôts ont perdu ma déclaration", se justifie Cathy avant de préciser que "je suis prête à quitter Salin", comme pour laisser toutes les portes ouvertes à l'espoir de trouver enfin un toit. Et de repartir de l'avant.

Nicolas Barbaroux

laprovence.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article