Tentative d’assassinat de policiers: le droit à la légitime défense existe-t-il encore ?

Publié le 13 Octobre 2016

Tentative d’assassinat de policiers: le droit à la légitime défense existe-t-il encore ?

Que des mots, que des phrases toutes faites préparées à l’avance pour servir à l’occasion… et des occasions il y en a, et il y en aura, de plus en plus.

Le chef de l’état : « Inqualifiable et intolérable. Tout sera fait pour retrouver les auteurs de cette attaque et les traduire devant la justice pour qu’ils soient condamnés à une peine à la mesure de la gravité de leur acte ».

Le Premier ministre : « Des actes aussi intolérables appellent des sanctions exemplaires. Les auteurs seront poursuivis sans relâche et traduits en justice ».

Des phrases vides de sens, ces agressions ne sont pas intolérables, mais tolérées.

Les agresseurs, si on les découvre, ne seront pas condamnés à la mesure de la gravité de leur acte, puisque la peine de mort ne se pratique plus, sauf quand ce sont eux qui l’appliquent.

Ces criminels ont voulu tuer quatre policiers. Ils les ont attaqués en bande organisée et l’on se demande pourquoi ces policiers ne se sont pas défendus.

Est-ce que le droit à la légitime défense existe encore, en France ?

N’a-t-on plus le droit de tirer sur des agresseurs qui veulent votre mort, et cela pour défendre nos vies ?

Si j’étais policier et qu’une bande organisée et armée de racailles se dirigeait vers moi dans le but de m’assassiner et d’assassiner mes collègues, je tirerais sans la moindre hésitation, sans me poser la moindre question et quel que soit les ordres de ma hiérarchie.

La vie de mes collègues, celle de ma famille, la mienne, passe au-dessus des préoccupations ministérielles, qu’elles soient politiques ou qu’elles s’inspirent des valeurs de notre soi-disant république et de nos soi-disant droits de l’homme.

Le « droit de l’homme », c’est avant tout de défendre sa vie contre les criminels qui veulent la lui ôter.

Dans une guerre on tue ses ennemis sans hésitation aucune or « nous sommes en guerre », clament ceux qui ne risquent pas leur vie à chaque heure du jour et de la nuit.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article