« Valeurs Actuelles », le journal de la majorité silencieuse

Publié le 6 Octobre 2016

« Valeurs Actuelles », le journal de la majorité silencieuse
« Valeurs Actuelles », le journal de la majorité silencieuse

Si « l’avenir est un présent que nous fait le passé », alors le nôtre est celui d’être le journal de la majorité silencieuse que vous incarnez depuis cinquante ans.

Vous avez entre vos mains la nouvelle formule de votre hebdomadaire préféré. Celui que vous lisez, pour nombre d’entre vous, depuis vingt, trente, quarante ans, voire plus, avec une fidélité remarquable, et pour beaucoup d’autres, depuis deux ou trois ans. Lors du précédent changement de maquette, en janvier 2013, vous étiez 75 000 acheteurs hebdomadaires. Un peu moins de quatre ans plus tard, vous êtes près de 130 000 à acheter chaque semaine Valeurs actuelles. Grâce à vous, abonnés, lecteurs fidèles ou occasionnels, nous avons pu remettre à l’honneur les grandes valeurs éternelles de la France qui doivent rester les valeurs actuelles : le mérite, le respect de l’autorité, le sens de la patrie, l’épanouissement de la famille, la liberté d’entreprendre et, bien sûr, le refus de tous les communautarismes comme celui de la tyrannie des minorités.

Cela s’est fait dans un contexte de crise profonde de la presse magazine, dont les ventes en kiosque ont été divisées par deux en cinq ans. Cela s’est fait surtout contre la dictature des bien-pensants, qui ne supportent pas de voir votre journal bénéficier d’une audience sans cesse croissante. Et qui ne reculent devant rien pour nous caricaturer, nous abaisser voire nous attaquer en justice.

Devant de telles performances, vous êtes fondés à vous demander : pourquoi changer ainsi une formule qui gagne ? D’abord, parce qu’un grand nombre de lecteurs interrogés par la Sofres, au printemps dernier, ont fait part de légères critiques sur l’aspect austère, dense, voire difficile de l’ancienne formule. Ensuite, parce qu’à l’heure du numérique ou des chaînes d’information en continu, il faut savoir évoluer sans se trahir, se rénover sans se dénaturer, bref rester attrayant sans pour autant céder aux sirènes de la facilité. Enfin, parce que la concomitance de notre cinquantenaire et d’échéances politiques décisives constitue une formidable opportunité pour cette évolution qui n’a rien d’une révolution.

Vous avez donc entre vos mains un magazine plus aéré, offrant plus de place à la photographie, aux infographies ou aux cartes, avec de surcroît un cahier de débat d’idées, L’incorrect, fortement renforcé et conclu par trois pages de courrier de lecteurs. Car c’est vous qui faites ce journal, par vos suggestions, vos critiques constructives et vos réactions toujours affûtées.

André Malraux avait eu cette très jolie formule : « L’avenir est un présent que nous fait le passé. » Les cinquante premières années de Valeurs actuelles, dues à la formidable intuition de Raymond Bourgine, ont permis d’installer dans le paysage de la presse hebdomadaire d’information une sorte d’ovni, indépendant de tous les pouvoirs, incroyablement libre, jamais soumis à la moindre chapelle politique ni à une quelconque obédience, mais toujours déterminé à défendre des valeurs mises à mal par Mai 68 et par les faux modernes qui ont présidé aux destinées de notre pays depuis lors.

En nous léguant cet héritage intellectuel, Raymond Bourgine et tous ceux qui ont travaillé avec lui nous ont fait un présent colossal. Un présent que nous avons le devoir de développer grâce au soutien sans faille de nos trois actionnaires, Iskandar Safa, Étienne Mougeotte et Charles Villeneuve. Nous ne manquons ni d’ambition, ni d’énergie, ni d’audace pour cela. De la même manière que nous savons que nous pouvons compter sur votre fidélité. Mais aussi sur vos commentaires, vos encouragements et vos critiques que j’attends à l’adresse mail mentionnée à la fin de cet éditorial. En attendant de recueillir vos impressions, je vous souhaite une très bonne lecture. Et je compte sur vous pour faire connaître Valeurs actuelles tout autour de vous. Afin que nous puissions encore mieux défendre vos idées, vos opinions et nos valeurs.

Yves de Kerdrel

valeursactuelles.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France, #medias

Commenter cet article