Viry-Châtillon: « C’est pas la police qui va faire la loi chez nous ! »

Publié le 11 Octobre 2016

Viry-Châtillon: « C’est pas la police qui va faire la loi chez nous ! »

Si des policiers n’avaient pas été gravement brûlés à Viry-Châtillon, on pourrait trouver une occasion de rire dans le ridicule de la situation où l’on conduit les forces dites de l’ordre. Aux abords de La Grande Borne, un pylône, attaqué à deux reprises déjà, permet à une caméra de videosurveillance d’observer voire de dissuader le trafic de drogue qui règne là comme dans de nombreux endroits de notre pays où l’interdiction est bafouée sans vergogne.

Jusqu’à présent, on se contentait de démolir le pylône et de rendre la caméra inoffensive. « C’est quand même pas la police qui va faire la loi chez nous ! » La police ne s’est pas soumise. Elle a voulu résister et faire preuve de fermeté, voire d’audace : elle a décidé de surveiller la caméra de surveillance ! Deux voitures ont été disposées. Les trafiquants du quartier ont trouvé très légitime d’attaquer au cocktail Molotov les intrus, de détruire les véhicules et de tenter manifestement de tuer les policiers. L’un d’eux a été très grièvement brûlé au point que sa vie est en danger et qu’il restera défiguré.

On peut s’attendre, dans de telles circonstances, à ce que, en état de légitime défense, les policiers fassent usage de leurs armes. La loi les y autorise pleinement. Ils ne l’ont pas fait. Ils auraient pu, par malchance, blesser un des agresseurs et entrer dans le scénario noir de la garde à vue, de l’enquête de l’Inspection générale de la police nationale, être poursuivis par les parents des victimes, se retrouver devant les tribunaux et connaître une séquence de vie professionnelle et familiale troublée. Ils n’ont rien fait, même pas interpellé un des assaillants. Ils ont subi.

Chacun se souvient des images de ce policier se défendant contre un gauchiste à deux pas de la place de la République le 18 mai de cette année : le policier, un costaud, usait de son bras pour se protéger d’un bâton ou d’une barre, utilisé par un freluquet masqué – ce qui constitue, en soi, une infraction -, et il a dû abandonner le terrain à l’adversaire. Le véhicule a été incendié.

Le policier a été récompensé en raison de son sang-froid. Il a été promu et décoré par le ministre de l’Intérieur en présence du président de la République. Le héros en minerve, certes courageux au moment des faits, donnait toutefois une piètre image de l’État régalien. L’État avait battu en retraite, n’avait pas assuré sa mission d’ordre public et s’en félicitait sans retenue. Pensez ! Le policier aurait pu blesser un manifestant ! Depuis Malik Oussekine, les gouvernements ne s’y risquent pas. Que sont devenus les agresseurs ? Trois avaient été mis en garde à vue et le parquet souhaitait leur détention provisoire. Le juge des libertés et de la détention les a remis en liberté. On ne traite pas des gauchistes de bonne famille comme de vulgaires prolétaires fascisants.

Le spectacle de l’impuissance de l’État est consternant. Il constitue un appel à la délinquance et à la violence quand il devrait en figurer l’interdiction absolue sanctionnée par des peines sévères qui, hélas, disparaissent sur le chemin des prisons où l’ordre ne règne pas davantage. Les agressions de gardiens sont fréquentes, la circulation des téléphones et de la drogue y est courante. Mais, là encore, ce n’est pas la loi qui fait la loi…

Soyons optimistes. Il est probable que l’État répondra avec fermeté à l’agression barbare de Viry-Châtillon : des gendarmes, la légion peut-être, surveilleront les policiers qui surveillent la caméra de videosurveillance, qui surveille le quartier et, comme au bout d’un certain temps on aura pris conscience que le dispositif est absurde et trop coûteux, on démontera le pylône et si la camera n’est pas cassée comme la précédente, elle servira à repérer les automobilistes qui stationnent là où c’est interdit. Au moins, là, elle ne risquera rien et sera plus rentable…

Christian Vanneste

Homme politique

bvoltaire.fr

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article