Voter Juppé est une insulte à la France

Publié le 24 Octobre 2016

Que l’on me donne une seule raison pour voter pour un repris de justice, un délinquant politique, un homme qui a « trompé la confiance du peuple » en mettant en place un des pires systèmes de détournement de l’argent public de toute l’histoire de la République ? Quel crédit politique et personnel peut-on accorder à un homme qui a bafoué la morale publique ? Cheville ouvrière et cerveau de l’organisation politico-mafieuse chiraquienne, c’est une honte de voir son nom aujourd’hui en première ligne pour la victoire finale.

Un affront terrible pour la France et une honte pour elle. Un homme politique doit être un exemple pour nous tous pour son sens de l’éthique et sa probité morale. Il n’y a pas de pardon possible pour un homme qui n’avait fait preuve d’aucun scrupule à l’égard du peuple français.

Les urnes ne sont pas des lieux de rédemption et de réhabilitation pour cet homme qui servait les siens plutôt que d’honorer sa mission élective. Celui qui a roulé le peuple une fois dans la farine n’aura aucun scrupule à recommencer et son passé devrait lui valoir une mise à l’écart définitive de la vie publique.

En votant pour lui on cautionne ses agissements délictueux passés. En votant pour lui on se rend soi-même complice de sa violation du contrat social. En votant pour lui on banalise la corruption et on la légitime. Voter pour lui c’est tout simplement voter contre l’ordre moral. Et un peuple sans éthique et sans honneur est une proie facile pour les vautours dont ceux qui pullulent dans ses cités et dont un des leurs a été décoré de la légion d’honneur du grand favori des sondages.

C’est aux électeurs de le chasser à tout jamais du paysage politique. On ne sauve pas la France en accordant une prime à un homme dont le nom est synonyme de corruption, trahison et de tromperie.

Salem Ben Ammar

ripostelaique.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Juppé

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 24/10/2016 17:30

D'accord avec vous Salem Ben Ammar. Mais il n'est pas, hélas, le seul à traîner des casseroles et odeurs putrides derrière lui.