Monsieur Juppé n’aime personne !

Publié le 1 Novembre 2016

Alain Juppé n'aime personneMonsieur Juppé n’aime personne … A part lui-même qui lorgne à cet âge canonique, la seule maison de retraite envisageable à ses yeux … L’Elysée. Pour être le chef de l’Etat français, c’est minimum 10 ans de moins surtout en pleine période de séisme.

Avec Elia Kazan en 1951, on avait eu « Un tramway nommé désir », avec Anna Cabana en 2016, on a « Un fantasme nommé Juppé » parce que le désir, ce n’était pas possible. Black-listé de la politique pour cause de casier judiciaire satellisé par aussi quelques « prises illégales d’intérêts » et autres indélicatesses, le sieur Juppé redevenait ministre en 2010 par la bonne grâce de N.Sarkozy, après qu’il se soit fait éjecter du premier gouvernement Fillon en 2007 un mois plus tard, où sa défaite aux législatives en Gironde l’avait contraint de démissionner … Ce qui ne l’avait pas empêché d’être cassant comme à son habitude et négocier âprement auprès du président, son retour de 2010 …

« Je ne veux pas de l’Intérieur, je n’aime pas les flics. Pas de la Justice. Je déteste les juges. » De quoi disqualifier d’emblée le maire de Bordeaux pour une élection présidentielle quand d’après la Constitution, le président de la République est le garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire et que justement la police et la justice parfaitement incontournables, sont l’alpha et l’oméga pour 2017 si l’on tient compte de leur désorganisation passagère et de leur colère dans cette période précaire, de tous les dangers ! Les forces de l’ordre et les magistrats apprécieront.
 

On le dit, on le répète … Le sieur Juppé n’aime personne !

Le sieur Juppé n’aime pas les militaires « Un militaire ça ferme sa gueule ou ça démissionne » dit-il … A croire qu’il fait un rejet total de tout ce qui représente la protection et la défense de la population française ! Le sieur Juppé n’aime pas les moines … Et indirectement, ceux de Tibhirine l’ont payé de leur vie en 1996 avec un Premier ministre Juppé qui avait fait voler en éclats les négociations avec les preneurs d’otages pourtant bien engagées par Mariani sous le couvert du président Chirac … Tenu à l’écart de l’affaire, Juppé avait pris la mouche et mis son grain de sel dans la presse sans y être invité … Les preneurs d’otages croyant alors à un refus de négocier, rompirent le contact. D’après « Le serment de Bastia » consacré à Pasqua.

Le sieur Juppé n’aime pas Fillon qu’il qualifie de « faux jeton », ce en quoi il n’a pas tout à fait tort si on se réfère au fameux déjeuner de la trahison dudit Fillon avec Jouyet, en juin 2014 !
Le sieur Juppé n’aime pas Boorlo … Non plus ! Il l’estime incapable de tenir Matignon avec « son langage de marchand de frites ou de merguez ». Gageons que les centristes s’en souviendront au bon moment.

Le sieur Juppé n’aime pas les Français et le dit clairement en leur balançant à la figure « Je les emmerde ! » ou encore « Ils me font tous chier » si les Français le trouvent un peu trop ennuyeux ! Et il voudrait être leur président ?

Le sieur Juppé n’aime pas les Français et ne cesse de le montrer … Il préfère les musulmans pour lesquels il a concocté avec ferveur cette ridicule « identité heureuse » parfaitement décalée, pied de nez au reste de la population qui vit une crise identitaire sans précédent, avec la radicalisation des esprits … Il aime par dessus tout son ami Tarek Oubrou imam islamiste des frères musulmans, au point de lui avoir décerné la légion d’honneur et promis une base géante avec École coranique dans sa ville Bordeaux, projet énergiquement démenti pour l’instant, n’étant assurément pas électoralement compatible.

Le sieur Juppé n’aime pas les Français et leur préfère les migrants, allant jusqu’à déclarer  » 200.000 migrants chaque année ce n’est pas trop et ça ne change pas la physionomie de la France » … On n’a pas la même vision.

Le sieur Juppé n’aime visiblement pas les chiffres non plus qui lui ont valu ses déboires judiciaires en 1999 et qu’on découvre cette année le scandale de l’endettement explosif de la ville de Bordeaux qui « crève les plafonds », où l’opposition municipale accuse son maire A.Juppé de cacher sournoisement un déficit et saisit la justice ? (Rue89Bordeaux et SUDOUEST.FR). Un nouveau feuilleton à suivre de près … De très près.

En conclusion … Comme il est dit « Quiconque tue par l’épée, périra par l’épée », est-il certain que les Français l’aiment suffisamment pour avoir envie de fixer leur choix sur un misanthrope atrabilaire, qui serait leur président ?

Martine M.

observatoiredumensonge.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Juppé

Commenter cet article