Hébergement d'urgence: 1300 demandes pour... 320 places disponibles !

Publié le 10 Novembre 2016

Hébergement d'urgence : pas assez de places selon les employés du 115 en Isère

Le personnel du 115, qui gère les appels d'urgence était en grève ce mardi. 320 places d’hébergement d'urgence vont être débloquées pour cet hiver, mais pour les employés c'est largement insuffisant.

Rassemblés devant la cité administrative de Grenoble, les employés du 115 en grève ont reçu le soutient de plusieurs militants associatifs. Dans les locaux se tient une réunion de travail pour l'hébergement d'urgence de cet hiver. Le personnel du 115 n'y participe pas, et boycott la réunion, pour dénoncer le manque de place disponibles pour les personnes à la rue.

320 places, mais 1300 demandes ce mois-ci

Le plan hivernal sera présenté officiellement d’ici la fin du mois, mais on sait dors et déjà qu'il y aura 320 places débloquées pour cet hiver. Un nombre largement insuffisant pour Sarah, "écoutante" du 115 depuis quatre ans : " Il y a eu 1300 demandes ce mois ci. Et encore, sur les 320 places, à ce jour 195 ont été identifiées, et seront progressivement ouvertes tout au long de l'hiver, mais les autres places ne sont pas trouvées. " Contactée, la préfecture de l'Isère précise que ce sont 215 places qui ont été trouvées.

Reste que le 115 n'a pas assez d'hébergements à proposer lorsque une personne en difficulté les sollicite. "Les gens restent dehors" soupir Noura, une autre employée du 115, qui se demande : "qu'est ce qu'on fait du 115 ? On est simplement un objet statistique, mais on ne donne pas de place, trop peu ! "

La préfecture de l'Isère, précise que depuis 2013 plus de 500 places d'urgence ont été pérennisées c'est à dire qu'elles font désormais partie des 1400 places disponibles à l'année, sachant que ces places pour les sans abris n'ont aucun rapport avec les places débloquées récemment pour les migrants. Les deux dispositifs sont parallèles explique la préfecture.

francebleu.fr

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article