Le Cran et des ethnicistes africains insultent la France et sa police

Publié le 10 Novembre 2016

 

La première autopsie avait révélé « un phénomène infectieux sur plusieurs organes comme les poumons et le foie » ainsi que «l’absence de violences de nature à entraîner le décès », et la seconde, effectuée à la demande de ses proches, l’avait confirmée.  Ils n’en ont cure.

Quatre mois après la mort d’Adama Traoré (24 ans) – qui s’opposait à l’interpellation policière de son frère soupçonné d’extorsion de fonds, dans le Val d’Oise -, le 7 novembre, ses soutiens toujours aussi remontés manifestaient.

Une manifestation (voir les 3 premières minutes du journal) visiblement très ethnique, dont les participants n’acceptant pas deux verdicts médicaux, tiennent toujours pour responsables les policiers du décès de Traoré.

« Faisons front contre l’impunité des gendarmes », « Justice pour Adama sans justice vous n’aurez pas la paix » côté déploiements de banderoles. « Les keufs qui ont fait ça, qu’ils aillent en taule », côté manifestants. Rien que ça…

Alors qu’aux quatre coins d’une France en plein état d’urgence, en état de guerre comme nous le répète le gouvernement Hollande-Valls-Cazeneuve, nos policiers ont eux-mêmes manifesté pour exprimer leur ras le bol, leur colère à travailler dans des conditions de travail déplorables et leur épuisement à être, aussi, affectés à des taches totalement indues – comme la surveillance de certaines ex femmes de ministre – et qu’ils subissent l’irrespect et les assauts répétés de certaines chances pour la France, ce même gouvernement autorise des manifestants à crier leur hostilité à leur encontre ! Des policiers prétendument soutenus par ce gouvernement alors que certains d’entre eux ont reçu une convocation qui ne laissait présager rien de bon ! 

Evidemment, le CRAN ne pouvait pas ne pas en être. L’ineffable Louis-Georges Tin qui, en tant que Président de l’association n’a que ça à faire, montrer sa bobine à la moindre occasion à la télévision, n’a décidément honte de rien.

Selon lui, «ça fait trop longtemps en France que les Noirs et les Arabes sont victimes de violences policières ». Si, si, on a bien entendu : « Les enquêtes montrent que nous sommes 7 à 8 fois plus exposés aux bavures mortelles, il faut que cela cesse ».

Les policiers, passer leur temps à commettre des « bavures » et autres massacres ? Policiers et gendarmes,  des corps de métiers qui n’osent plus dégainer ou qui doivent réfléchir à dix fois avant de le faire, qui se font caillasser et sont les cibles de toutes sortes de dangereux projectiles – quand ils ne se font pas sauvagement tuer – des corps de métiers à qui il est demandé de « ne pas faire de vague », de verbaliser plutôt les Blancs que les femmes en burqa, aussi hypocrites récriminations ne manquent pas de piquant.

Des massacres commis par les policiers, donc. Et les incivilités, violences, violences aggravées, trafics de drogue, incendies de poubelles, de voitures, d’écoles ?  Les vols, vols à main armée, attaques au couteau,  viols, viols en réunion, actes de torture commis sur les « sous-chiens, qu’ils soient des adultes, des enfants ou des personnes âgées, depuis le temps que « ça dure » ne serait-ce pas approprié de l’utiliser, ce terme de massacre, en comparaison de policiers qui ont effectué un plaquage au sol tout ce qu’il y a de plus ordinaire dans leur métier ?

Des massacres ? Et c’était quoi, les attentats de Charlie Hebdo, de l’Hyper kascher, du Bataclan, de la promenade des Anglais, juste des bêtises, peut-être ?

Cette manifestation de soutien à leur frère et contre les policiers dont toute responsabilité a pourtant été écartée  ? Une fois de plus, une manifestation de culpabilisation et de haine à l’égard de la France et des Français. La preuve, aussi, par Franco.

C’est qui, lui ? Eh bien, sachez que le personnage se revendique « membre de la Brigade anti-négroïde ». C’est légal, ça ? Et remarquez les termes.

Celui de brigade, d’abord, à connotation militaire. Mais aussi terroriste. On se souvient des Brigades rouges mais aussi des brigades de la Waffen SS, la Sturmbrigade Dirlewanger et la Brigade Kaminski, la plus impitoyable de toutes.

Celui de «négroïde », ensuite. Négroïde, un vocable qui, utilisé par un Blanc déclencherait les foudres du CRAN – surtout, comme chacun l’aura remarqué, on l’entend tous les jours ! – mais dans la bouche d’un Africain ou d’un Africain d’origine, aucun souci ! Même s’il atteste d’une revendication revancharde plutôt que d’une intégration réussie…

La médecine a rendu ses conclusions et mis hors de cause les policiers ? Ce Franco n’en à rien à faire. Pour ce grand penseur spécialiste de la question, la France, en parlant de « question sociale et d’injustice » se trompe.

Il pense à qui, là ? Parce que les excuses auxquelles il se réfère, nous ne sachions pas que c’est LA France, mais plutôt sa partie gauchisante qui n’a de cesse de les mettre en avant…Traiterait-il nos bons gauchistes de racistes ? Anti-noirs et anti-arabes, s’entend.  Ils n’ont pas encore réagi… Et de poursuivre sa brillante démonstration.

C’est « la question raciale » qui est « l’un des fondements, l’un des piliers qui a permis à cette République de s’enrichir notamment à partir de l’esclavage et de la colonisation ».

Esclavage, colonisation ? Mais quel rapport avec la mort de Traoré, sévèrement malade au moment de son interpellation ? Aucun. Mais il faut bien attiser  « la partition », n’est-ce-pas (un vocable cher au futur ex résident de l’Elysée), souffler sur des braises qui ne demanderaient qu’à disparaître afin d’aviver des tensions entre des Français qui n’ont pas commis l’esclavage envers ceux qui ne l’ont pas subi : c’est vraiment magnifique, le « vivre-ensemble » !

Adama Traoré ?  Mais il s’en fout complètement, ce Franco, il n’est qu’un instrument pour déverser sa haine !  C’est « marrant », d’ailleurs, d’entendre d’un côté des Français de souche à qui des « chances pour la France » ont ôté leurs êtres chers gémir « ils n’auront pas ma haine » et des « chances pour la France », dont il n’est pas personnellement prouvé que la vie de leurs ancêtres ait été ôtée par des esclavagistes ou par des colons, l’entretenir jusqu’à plus soif…

Si ce gars est là, c’est pourtant bien pour dénoncer « ce qui a été fait et fait à d’autres, une conséquence de l’imagerie coloniale et de l’imagerie esclavagiste ». Autrement dit, les flics seraient inconsciemment d’affreux colonialistes bourrés d’a priori. Mais c’est de leur faute, à eux, si ce sont des Noirs et des Arabes qui remplissent à 70/80 % nos prisons ? Même Jack Lang s’en était aperçu…

Bien, il remet l’esclavage sur le tapis  ? Rafraîchissons-lui la mémoire. Pas sur celui du transatlantique, qui a duré 3 siècles – et qui n’aurait pas été rendu possible sans la complicité de chefs de villages africains – mais de l’arabo-musulman, qui a perduré 13 siècles, de 652 à l’aube du XX ème siècle (et on n’évoquera pas, il ne faudrait pas trop en rajouter, les conditions de travail, de nos jours, des travailleurs immigrés en Arabie Saoudite et au Qatar, juste des exemples.

17 millions de personnes déportées, esclavagisme sexuel des jeunes filles africaines, 7 captifs sur 10 destinés à être eunuqes, vastes entreprises de castration révélant le caractère génocidaire de cette traite. D’où l’importance cruciale de ne pas faire porter le poids de la culpabilité sur les Arabes, comme le disait, en substance, cynique, l’indépendantiste Christiane Taubira au moment de ses lois mémorielles…Elle peut être fière, son message a été reçu cinq sur cinq.

Il faut « que les policiers arrêtent les massacres réguliers auxquels on assiste depuis des années », martèle donc, sans rire, Louis-Georges Tin. Nous, ce qu’on l’on souhaite depuis des années, c’est que les racailles soient arrêtées afin que cessent ces massacres de plus en plus réguliers.

17 millions de personnes déportées, esclavagisme sexuel des jeunes filles africaines, 7 captifs sur 10 destinés à être eunuqes, vastes entreprises de castration révélant le caractère génocidaire de cette traite. L’absence de trace d’abolitionnistes orientaux à la différence des abolitionnistes européens. D’où l’importance cruciale de ne pas faire porter le poids de la culpabilité sur les Arabes, comme le disait, en substance, cynique, l’indépendantiste Christiane Taubira au moment de ses lois mémorielles…Elle peut être fière, son message a été reçu cinq sur cinq.

Il faut « que les policiers arrêtent les massacres réguliers auxquels on assiste depuis des années », martèle donc, sans rire, Louis-Georges Tin. Nous, ce que l’on souhaite depuis des années, c’est que ce soient les racailles qui les arrêtent, leurs massacres de plus en plus réguliers. Et ce qui nous ferait plaisir, c’est de leur couper le sifflet, à tous les Tin et compagnie.

La mort de Traoré ? Une occasion à ne pas rater pour ces prétendus anti-racistes de jouer leur partition…

Caroline Artus

ripostelaique.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 10/11/2016 22:01

Aucun syndicat de la police pour porter plainte contre les propos du CRAN et de leurs fans ?

jean 10/11/2016 09:10

si ils le savent,n'ont qu'a pas venir en france!!!