Les clandestins reçus comme des rois à Paris

Publié le 11 Novembre 2016

orte de gros dôme bizarroïde jaune et blanc, le « plus gros centre européen de transit pour migrants » ouvre ses portes après deux mois et demi de travaux. Sorti du cerveau d’Anne Hidalgo – notre Hillary Clinton au rabais -, le lieu pourra accueillir chaque jour entre 50 et 80 personnes, c’est-à-dire le nombre de « migrants » censés débarquer quotidiennement à Paris. Des chiffres officiels certainement très en deçà de la réalité. Au total, le centre pourra recevoir en même temps 400 clandestins qui n’ont rien à faire chez nous.
 
Destiné en priorité aux « hommes isolés », lesquels constituent le gros des troupes de ces envahisseurs qui n’apporteront aucune richesse supplémentaire à la France, le camp a été inauguré en grande pompe par Emmanuelle Cosse, ministre du Logement des étrangers, accompagnée pour l’occasion d’Anne Hidalgo, maire d’un Paris 2.0 où le multiculturalisme a pignon sur rue.

Les autres avant les nôtres : constamment, à tout prix et à toute force. 
 
Localisé près de la gare du Nord, le centre participera encore à la dégradation d’un quartier qui n’a déjà quasiment plus rien en commun avec la France. Une volonté d’Anne Hidalgo qui indiquait : « C’est autour de la porte de la Chapelle que convergent les migrants et je pense qu’il faut être à proximité des endroits où ils viennent. » Eh oui, ces messieurs doivent pouvoir rapidement trouver leur chemin ! Ils pourront, d’ailleurs, rester entre 5 et 10 jours dans cet hôtel pour clandestins avant d’être transférés vers un centre pour demandeurs d’asile (CADA) ou un centre d’accueil ou d’orientation (CAO)…
 
Pour faire bonne mesure, un autre centre sera construit, destiné à héberger les « publics vulnérables » que sont les femmes et les familles. Il risque d’être peu occupé, tant les hommes sont ultra-majoritaires parmi ces fameuses « populations migrantes » où se cachent nos nouveaux Montaigne, ministres ou ingénieurs en physique nucléaire au chômage… Les faux mineurs isolés seront transférés vers des structures de la mairie de Paris.
 
Des dizaines de Français sans domicile meurent tous les ans à Paris ? Des Français ne peuvent plus se loger dans Paris à cause des prix prohibitifs ? Priorité aux clandestins et aux assistés. En arrivant dans le centre, ces personnes qui devraient se retrouver dans des charters trouveront un vaste hall gonflable d’orientation, au sein duquel ils trouveront toutes les informations pour squatter durablement en France. Preuve que la mairie de Paris fait bien les choses, les démarches pour obtenir l’asile seront traduites dans des dizaines de langues, notamment les très exotiques pachto, dari et tigrinya…
 
Probablement inquiets par les tensions interethniques qui pourraient se faire jour entre ces individus un peu moins ouverts que les bobos qui les reçoivent, la halle sera subdivisée en huit « villages » de 50 places… Bref, l’argent des contribuables est encore bien dépensé…

Gabriel Robin
Juriste
 

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Immigration

Commenter cet article