Les Français sont-ils prêts pour la rupture de Fillon ?

Publié le 29 Novembre 2016

François FillonGardons-nous de trop d'illusions. La remarquable victoire de François Fillon, c'est d'abord et surtout la défaite de la gauche. Elle était annoncée, inévitable, inscrite dans la logique et la morale. La France n'en pouvait plus, n'en peut plus, de cette gauche piteuse, si piteuse qu'elle serait tombée d'elle-même comme le fruit d'un arbre pourri. Encore fallait-il que l'instrument de cette chute fût légitime. Le pays a eu le choix entre deux candidats qui l'étaient. L'électorat de droite a désigné le plus radical. C'est le signe que la patience était à bout, le signe de la demande d'un changement fondamental.

 
Celui que nous propose François Fillon exige, s'il est élu et s'il met en œuvre ses intentions, des sacrifices importants. Une vraie rupture, celle que Nicolas Sarkozy annonça et qui buta sur les méthodes qu'il utilisa, notamment l'ouverture au centre. Les Français sont-ils prêts à se rassembler sur un projet qui repose sur une nouvelle vision de la société et qui suppose à de nombreux égards un renversement de leur mode de vie ? Sont-ils prêts à une révolution pacifique, celle que leur propose François Fillon ?

La primaire de droite n'apporte qu'une réponse aléatoire à la question. Le peuple de droite ne fait pas une majorité, de même qu'une primaire ne fait pas une élection présidentielle. Et la radicalité du programme de l'ancien Premier ministre de Sarkozy va réveiller au cours de la prochaine campagne les appétits des candidats de la gauche et du centre qui vont y trouver après leur échec le seul argument qui leur reste pour nourrir leurs médiocres ambitions.

La voie est étroite qui s'offrira à François Fillon s'il est élu en mai prochain. Ou bien l'illusoire rassemblement, qui mène au compromis. Ou bien la fermeté, qui est une forme d'aventure. L'état du pays commande un choix qui implique la prise de risque.

PHILIPPE TESSON

lepoint.fr​​​​​​​

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article

anonyme 29/11/2016 17:36

oui au programme Fillon et non à Martinez ,les syndicats sont la plaie en france ,aucune attitude constructive