Plaques commémoratives : étrange deux poids deux mesures…

Publié le 15 Novembre 2016

Un examen rapide permet de constater deux évidences. Quand des victimes, en 1942, perdent la vie, suite à des bombardements de nos alliés anglais, sur la plaque commémorative, on le signale.

Quand, de 1942 à 1944, 700 élèves d’une école du 18e arrondissement parisien perdront la vie, à cause de la barbarie nazie, on le signale.

Par contre, quand il s’agit des attentats musulmans du Métro Saint-Michel ou de ceux du Bataclan, on oublie juste de signaler quels sont les terroristes responsables de la mort de nos compatriotes.

Ne nous plaignons pas, les plaques ne se terminent pas (encore) par Inch’Allah !

Lire aussi: 13 novembre : la commémoration des lâches

Plaques commémoratives : étrange deux poids deux mesures…
Plaques commémoratives : étrange deux poids deux mesures…
Plaques commémoratives : étrange deux poids deux mesures…
Plaques commémoratives : étrange deux poids deux mesures…

Lucette Jeanpierre

ripostelaique.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article