République socialiste: Voler le fruit du travail des autres sans être obligé de travailler

Publié le 12 Novembre 2016

C’est la « loi de la république socialiste » : cueillir les fruits du travail des autres sans être obligé de les cultiver. La tare principale de l’idéologie socialiste résulte de l’incompétence de Hollande et de son incapacité à décider et à vouloir « séparer la politique de la morale« . Vouloir faire de la morale socialiste en lieu et place de la politique ne correspond pas à des vues politiques saines. Cela ne peut faire croire aux électeurs que la politique morale socialiste pourra conduire à des vues morales et à des réformes sociales, ni à des réformes de l’humanité. Vouloir changer la société ne suffit pas à légitimer une politique socialiste parce qu’il faut que la raison puisse guider une vraie politique en lieu et place de la passion idéologique socialiste.

Comment peut-on imaginer inventer une nouvelle forme de nature humaine socialiste moralisée selon les « mensonges de la république socialiste » pour réformer la société, soi-disant « petite-bourgeoise pervertie » par la civilisation chrétienne ? Comment imaginer inventer une « nouvelle forme de nature humaine socialiste » avec la « déconstruction des valeurs de la famille normale » par idéologues socialo-GOF-LGBT ?

Les institutions socialistes inhumaines ont voulu déconstruire la famille hétérosexuelle normale et la nature humaine pour faire croire à la « propagande homosexuelle pour tous« , afin de mieux dénaturer l’homme normal, la famille, le mariage et jusqu’à la conception des enfants produits comme des machines à acheter.

C’est pourquoi « vouloir faire le fort contre les faibles » quand on est faible devant les forts aboutit à la « dictature des lois socialistes utilisées comme des armes contre les faibles » et contre la population qui travaille par le redoutable pouvoir illégitime des lois obscènes de la république socialiste.

L’homme oisif et assisté de la république socialiste libertaire est toujours assez dépravé et paresseux pour vouloir contraindre la population qui travaille à pourvoir à sa propre subsistance, pendant que lui-même continue à ne rien faire et à vivre sur le dos des contribuables, dans l’indolence de la république socialiste.

C’est pourquoi la population qui travaille est de plus en plus exposée à « subir une peine » beaucoup plus grande, en devant supporter la charge de l’homme socialiste qui voulait délibérément éviter de travailler.

La tyrannie du gouvernement socialiste a effacé les droits du peuple et de la population qui travaille qui ont été de plus en plus soumis à la « violence idéologique des lois iniques de la république socialiste« .

La déconstruction de l’éducation a confirmé la réalité des progrès de « l‘inégalité naturelle » des enfants scolarisés, en augmentation constante, face à « l‘illettrisme des migrants et à l‘inculture des enseignants« .

Seuls les enfants des classes moyennes qui veulent travailler ambitionnent sereinement de pouvoir se perfectionner selon les règles de l’étude, de l’effort et de la raison pratique contre les absurdités de l’idéologie abstraite de la déconstruction de l’éducation nationale socialiste. Pour les socialistes, les absurdités idéologiques deviennent des raisons suffisantes pour conduire une politique absurde et pour croire réinventer le mythe révolutionnaire de l’égalité réelle par le bas. Devant le refus de la réalité, et de la vérité des sciences sociales, l’idéologie socialiste a cru pouvoir inventer une nouvelle vérité imaginaire, avec ses conséquences directes et certaines sur le déclin du système idéologique absurde de l’éducation nationale socialiste.

La politique imaginaire absurde de Hollande ignore que la nécessité est la mère du courage et de l’effort pour changer les choses et réussir dans la vie. La déconstruction de l’éducation nationale socialiste a fait en sorte que les élèves ne sont pas incités à se rendre utiles à eux-mêmes et aux autres pour progresser dans la connaissance et dans le partage des savoirs. La civilisation socialiste absurde des « loisirs pour tous » est toujours à la recherche de commodités nouvelles et inconnues. Pour cela elle a voulu imposer la « tyrannie socialiste absurde du moindre effort, du laisser-faire et du laisser-aller pour tous« .

C’est ce qui a rendu les assistés du peuple de gauche, c’est-à-dire la population socialiste assistée, de plus en plus indigne et, en conséquence, de plus en plus malheureuse.

Ce sont les causes issues de la déchéance morale de la république socialiste qui changent l’état des esprits et qui créent l’indignité générale. Les instruments idéologiques socialistes ont été inventés afin de pourvoir à l’assistance pour tous et de créer dans les masses de plus en plus d’esprits « dégénérés grave ».

Ce sont des assistés socialistes amollis qui ont perdu tout pouvoir de diriger leur vie sans demander à l’État socialiste de pourvoir à tous leurs besoins, sans jamais pouvoir être vraiment heureux pour cela, du fait de la dépendance infantile qui en résulte vis-à-vis du clientélisme soumis à l’État socialiste.

Si vous continuez à vouloir écouter les discours des imposteurs socialistes, vous comprendrez que la notion même de travail, comme aussi la notion de propriété privée, sont devenues inexistantes.

Si vous continuez à travailler, vous devez oublier que les fruits de votre travail sont à vous, car ils sont confisqués par la tyrannie fiscaliste de la république socialiste.

La règle de conduite des assistés socialistes est le refus de prendre la peine de songer le matin au besoin de répondre aux nécessités du soir ! La république socialiste a inventé une nouvelle sorte de droit,  notion dérivée de l’idéologie socialo-communiste qui proclame que « la propriété privée, c‘est le vol« .

C’est pourquoi la république socialiste « confisque les biens que l’on gagne à la sueur de son front » et soumet à l’impôt socialiste la population qui travaille pour entretenir « le bien-être de ceux qui ne font rien« .

On comprend pourquoi « le travail a perdu toute valeur au profit de l‘assistance socialiste« .

La propagande socialiste consiste à répandre dans les esprits l’idée que l’on peut « récolter les fruits que d‘autres ont fait l‘effort de planter » et que « les autres ont pris la peine de cultiver« . La propagande socialiste consiste à répandre dans les esprits l’idée que l’on peut « s‘approprier sans effort les choses que l‘on n‘a pas contribué à créer« . La propagande socialiste consiste aussi à répandre dans les esprits l’idée que l’on peut refuser la nécessité de « travailler pour subvenir à ses propres besoins et aux besoins de sa famille« .

C’est pourquoi la république socialiste a tout fait pour « rendre toujours plus mauvaise la vie réelle de la population qui travaille. L’idéologie socialo-communiste ce résume donc à ce parasitisme socialiste :

« Ceux qui ne font rien doivent partager et tirer profit des fruits du travail de ceux qui se lèvent tôt, qui font tous les efforts, qui prennent tous les risques, et qui travaillent dur bien au-delà des 35 heures« .

Pourvu que ça dure !

Thierry Michaud-Nérard

ripostelaique.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #Socialistes

Commenter cet article