Saint-Etienne-du Rouvray : les terribles échanges des tueurs du père Hamel révélés

Publié le 12 Novembre 2016

Personne n’a oublié ce meurtre abominable. Le 26 juillet dernier, le père Jacques Hamel était poignardé à mort par deux djihadistes dans son église de Saint-Etienne-du Rouvray en Seine-Maritime. En fouillant l’ordinateur de la soeur aînée de l’un d’eux, la police est parvenue à déchiffrer les dernières conversations écrites de ces tueurs avant leur passage à l’acte. Ces échanges glaçants viennent d’être révélés…

C’est le 22 juillet dernier peu après minuit que débutent les premiers échanges entre Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean. Le premier réside alors à Saint-Etienne-du-Rouvray. Le second est hébergé depuis peu par sa grande soeur à Montluçon dans l’Allier. Ces deux islamistes radicaux communiquent entre eux grâce à Chatogram, une application de messagerie cryptée. Après les salutations d’usage (« Salam Aleykoum, Aleykoum Salam »), Abdel Malik fait rapidement une demande à son acolyte : « Frère, si t’as des techniques d’action n’hésite pas et/ou des frères déter (déterminés), inshallah ». La réponse d’Adel ne tarde pas : « J’en ai plein t’inquiète, je te tiens au courant »...

La conversation ne reprend que le lendemain vers 15 h. Cette fois-ci, c’est Adel qui prend le premier la parole: « Tu m’as dit t’es chaud, frère ? » « Oui, bouillant » répond Abdel Malik. « Tu peux bouger ? Train ? Voiture ? Tu veux quoi au juste ? Quelqu’un ou des armes ? » interroge Adel. « Tous seul jai du mal avec une arme blanche, répond maladroitement Abdel Malik. Si je peut avoir une arme a feu jy vais tous seul. Si tu peut m’avoir un frère, bismillah ! (ceci est une expression qui veut dire « au nom d’Allah » en arabe mais on peut aussi la traduire par « ainsi soit-il »). C’est à ses mots semble-t-il qu’Adel Kermiche se décide à participer activement à l’action terroriste qu’ils fomentent ensemble. Il demande alors une photo à son complice pour être sûr qu’il ne s’agit pas d’un indic. « Mon frère, j’ai rien d’un espion. Je suis juste une personne sérieuse qui veut faire vibrer la peuplade »répond Abdel Malik Petitjean avant de lui envoyer deux autoportraits.

Plus tard dans la nuit, les deux apprentis terroristes précisent un peu mieux leur plan. « Il faudra entrer dans l’église et parler abondamment de bombes » suggère l’un de ces apprentis terroristes. « Après il faudra prendre le chef, le décapiter puis envoyer la vidéo » acquiesce l’autre. Finalement, le billet de train entre Montluçon et Saint-Etienne-du-Rouvray sera commandé dans la foulée pour lendemain sur le site de la SNCF. Comme on le sait, deux jours plus tard, à dix heures du matin, ces deux djihadistes âgés d’une vingtaine d’années passeront malheureusement à l’acte. Poignarder à mort un prêtre âgé de 86 ans, en suivant un plan visiblement mal préparé et sans la moindre aide logistique, tel était leur seul et unique objectif…

lenouveaudetective.com

Rédigé par La rédaction

Publié dans #France

Commenter cet article