La justice ordonne le retrait d’une crèche de Noël fabriquée par des handicapés à la demande de la LDH

Publié le par La rédaction

La justice ordonne le retrait d’une crèche de Noël fabriquée par des handicapés à la demande de la LDH

La justice a ordonné aujourd’hui le retrait de la crèche installée dans le hall d’accueil de la mairie de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire), a-t-on appris aujourd’hui auprès de l’avocate du demandeur.

« C’est une crèche qui a été fabriquée par des personnes handicapées de Béthléem, musulmanes est chrétiennes, en feutrine, et qui est destinée à faire connaître l’association qui accueille ces personnes handicapées. » (Jean-Marc Nesme, le maire)

« L’exécution de la décision du maire de Paray-le-Monial exposant une crèche de Noël à l’intérieur de l’hôtel de ville est suspendue », indique dans son jugement le tribunal administratif de Dijon, saisi en référé-suspension. « La justice administrative a estimé que cette crèche était contraire au principe de neutralité qui doit être observé dans les services publics« , a expliqué à l’AFP le conseil de la Ligue des droits de l’Homme (LDH), Me Sophie Mazas, à l’initiative du recours judiciaire.

Le tribunal a également condamné la commune à payer 1000 euros à la LDH. « On n’est pas opposé à l’installation de crèches mais pas dans un endroit où vous allez voter. La mairie n’est pas un lieu de culte« , a ajouté Me Mazas. Installée depuis le début du mois, la crèche bourguignonne a été confectionnée par des personnes handicapées à Bethléem (Territoires palestiniens), ville jumelée avec Paray-le-Monial et berceau du christianisme.

« Cette crèche a une valeur culturelle« , a souligné pour sa part le maire LR de Paray-le-Monial, Jean-Marc Nesme. « C’est inimaginable. Je ne fais que respecter une convention d’échanges culturels entre Paray-le-Monial et Bethléem, signée le 9 septembre 2003 sous couvert du Consulat général de France à Jérusalem et de Yasser Arafat« , a fait valoir l’édile assurant qu’il paiera « de (s)a poche » les 1000 euros demandés par la justice.

Outre la crèche de Paray-le-Monial, la LDH avait également saisi ces dernières semaines les instances administratives contre celles des mairies de Béziers (Hérault), de Beaucaire (Gard) et de la Région Auvergne-Rhône-Alpes à Lyon. Ses requêtes ont toutes été rejetées, selon Me Mazas. L’an dernier, l’installation dans des mairies de crèches, représentant la naissance de Jésus, avait déjà suscité des polémiques. La justice, saisie dans plusieurs villes, avait rendu des décisions diamétralement opposées.

Le Figaro - lesobservateurs.ch

Publié dans France, Justice

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 28/12/2016 13:50

LDH : Ligue des Droits de l'Homme, par la saisine de la justice, justifie sa discrimination envers la Chrétienté et les Handicapés. Personne à l'horizon pour lui intenter un procès pour ces faits justiciables, qu'elle-même dénonce lorsqu'elle este en justice ? Au fait, elle milite pour quels droits de l'Homme au juste ? Je me pose régulièrement la question sans trouver la réponse appropriée.

raoul 28/12/2016 10:23

Les immigres et en particulier les barbaresques ,esclavagistes (d'ou le terme razzia) pendant plus de 500 ans qui ont ruiné des pans de l'économie européenne, reviennent comme des clébards nous emmerder en France en nous imposant leurs visions des choses . Je vous rappelle que les plus gros connards de france (zaadiste et gauchiste extrême gauche) vive à Nantes et en Bretagne .Quand à ce connard de comique musulman nommé camel la bouzze retourne soigner les chèvres dans tes montagnes avec tes femmes voilées et laisse les nôtres ..

Vent d'Est, Vent d'Ouest 24/12/2016 08:24

La justice, parlons-en. Quand la LDH n'est même pas capable de la saisir lorsque Hidalgo fête la fin du Ramadan à l'Hôtel de Ville de Paris, lieu public et laïc, fête il n'y a rien de plus religieux.