France Culture, France Inter, France Info: Assez du lavage de cerveau !

Publié le par La rédaction

« La matinale de France Culture, en particulier entre 6 h 30 et 6 h 45, est dominée par la pensée la plus fermée, sectaire, totalitaire qui soit : ainsi toute institution (prison, école, famille…) est considérée comme un « enfermement » dans lequel les « rapports de domination »(donc de force) régissent tout. Mardi 10 janvier au matin il était question de la prison et l’on y avançait la ritournelle habituelle stipulant que celle-ci créerait des monstres et la récidive alors.

En réalité elle reproduit ce qui existe en société comme l’ont montré nombre de criminologues (Maurice Cusson par exemple, j’en parle dans « Disparition du crime dans la sociologie contemporaine »). Surtout elle ne s’exclut pas des systèmes de motivations qui font que certains acteurs décident de devenir criminels sans que pour autant cela soit leur condition sociale qui l’y poussent comme le pense pourtant le sens commun des bien-pensants en général et l’ultra-gauche en particulier. Certes Victor Hugo a asséné qu’il vaut mieux construire une école qu’une prison, mais on a bien été obligé de constater d’une part que certains n’ont que faire par exemple de l’instruction civique promulguée par l’enseignement, d’autre part, la majorité du peuple ne bascule pas dans la délinquance au nom de sa condition sociale.

Il y a donc d’autres raisons, plus personnelles, idéologiques aussi. La bande à Bonnot n’avait pas trop envie de vivre la condition salariale. Il y a ainsi certains aspects de l’aventure individuelle qui font que certains choix risqués sont adoptés. Que dire de ceux qui basculent dans la radicalisation armée ? Faut-il là aussi ne pas les enfermer voire les expulser sous le prétexte de ne pas les entraîner vers la récidive ? Sauf que ce n’est pas cela qui les radicalise…

Mais peu importe à vrai dire quant à notre objet : comment se fait-il que depuis des années on doit subir un discours unilatéral sur des ondes publiques payées pourtant par tout un chacun ? Au moins dans les médias privés, s’ils assènent eux aussi les mêmes codes (ceux de la pensée hégémonique actuelle posant tout délinquant comme une victime sociale, sauf s’il a un col blanc néanmoins…) il y a tout de même plusieurs sons de cloche. Pourtant, cela ne devrait pas être le cas selon l’antienne présupposant que le privé conditionne la libre pensée ; sauf que l’inverse s’instaure de plus en plus en France, qu’il s’agisse de France Culture, France Inter, France Info (hormis l’émission « les informés » entre 20 h et 21 h) la bonne langue de bois prédomine et si l’on n’est pas d’accord on est vite taxé d’extrémistes de droite uniquement.

La libération des ondes avait eu lieu en 1981. Espérons qu’à la rentrée 2017 avec un nouveau pouvoir plus attentionné envers la liberté de conscience et la neutralité du service public (définition même de la laïcité) il soit possible d’ouvrir les ondes publiques à toutes les sensibilités, vraiment toutes.

Lucien Samir Oulahbib

 

ripostelaique.com

 

Publié dans medias

Commenter cet article