Bayrou - Macron: Une alliance pour sortir du Pau ou une fine stratégie politique ?

Publié le par LA REDACTION

Bayrou - Macron: Une alliance pour sortir du Pau ou une fine stratégie politique ?

Au-delà du simple opportunisme que nous serions tentés de retenir pour expliquer le dernier revirement de Bayrou, nous devons en chercher les vraies raisons. Nous ne devons pas non plus croire que la dimension christique que se donne Macron, aidé en cela par certains médias, ait fait de Bayrou un disciple. 

Si nous nous livrons à une petite rétrospective, nous avons les événements suivants :
Apparition du candidat Macron, présenté comme du sang neuf dans un paysage politique accusé d’un manque de renouvellement : Jeune, apparence dynamique et meetings style « nouvelle vague ». Dénotant du reste de la classe politique, des idées et un programme s’avèrent inutile puisque l’emballage suffit pour faire son effet...

Une primaire à droite dont le résultat a révélé un favori, François Fillon, qui était classé « outsider » et éliminé Juppé qui fut presque jusqu’au bout joué gagnant...

Sortie de l’affaire Fillon par le Canard Enchaîné qui s’est appuyé sur des documents dont on peut s’interroger sur la provenance. Résultat : le candidat des Républicains semble stoppé avant même son envol...

Une primaire à gauche qui, elle aussi, a mis sur la touche le favori des sondages et élu un candidat dont le programme s’inscrit le plus à gauche dans un parti socialiste…

Marine Le Pen, accréditée d’intentions de vote bien au-delà de ce qui paraissait acceptable pour ne pas perturber le jeu, se voit à son tour épinglée pour une affaire de détournement de fonds européens…

Le phénomène Macron commence à s’essouffler et le nombre d’intentions de vote ne décolle guère. La cavalerie Bayrou est alors appelée à la rescousse… Une large ouverture au centre est ainsi créée pour tenter d’aspirer les votes « centre-gauche » des électeurs n’adhérant pas aux idées de Hamon et les votes « centre-droite » des électeurs perturbés par la turpitude étiquetée sur Fillon…

Une vision globale de ces épisodes de la campagne présidentielle devrait amener quelques interrogations et, au mieux, éveiller certains soupçons. Ne nous laissons pas aveugler, tout ceci semble très bien orchestré pour qu’une politique dite « centriste » remporte les suffrages au printemps prochain.

Mais des questions se posent alors :
Qui tire réellement toutes les ficelles et dans quel but ?
La haute finance est-elle étrangère à ce plan de fin stratège ?
Est-ce pour avancer dans la construction européenne qui s’avère laborieuse ?
Est-ce pour satisfaire aux exigences d’une grande puissance étrangère ? 
N’assistons-nous pas à une grande manipulation de notre système de démocratie ?

Hervé Dejoux

Publié dans France

Commenter cet article