Attentat des Champs-Élysées : Pour Christophe Girard (PS) c’est la faute à Poutine !

Publié le par LA REDACTION

Christophe Girard

Christophe Girard

Un nouvel attentat, donc, contre les forces de police. Un assaut à la kalachnikov par un dénommé Karim Cheurfi, un beau prototype de récidiviste qui « ne se rendait plus aux rendez-vous de la justice dans le cadre de son contrôle judiciaire », comme l’écrit Le Parisien ce vendredi matin. Un gars pourtant bien repéré, bien ciblé, qui plus est un véritable accro à la tentative de meurtre sur les forces de l’ordre.

Perpétré alors que les onze candidats à la présidentielle s’exprimaient sur France 2, avec chacun « quinze minutes pour convaincre », cela après que qu’une tentative d’attentat eut été déjouée l’avant-veille à Marseille, cet acte de terrorisme évident a pourtant fait l’objet d’un déni immédiat de certains, la palme d’or de la bêtise revenant au maire du IVe arrondissement de Paris : Christophe Girard.

Ancien adjoint au maire chargé de la Culture auprès de Bertrand Delanoë, ce Vert devenu rose est un homme de « coups ».

Pas vraiment porté sur la discrétion, grand militant de la cause homosexuelle, il a été l’un des premiers à épouser en fanfare son compagnon. Mariage célébré en juin 2013 par Anne Hidalgo, témoins Bertrand Delanoë et Mazarine Pingeot.

Qu’on se comprenne bien : je n’ai que faire de la vie amoureuse ou intime de M. Girard ; si je l’évoque, c’est simplement pour situer le personnage, habité par un militantisme gauche caviar comme on n’en fait plus. Du moins pas ouvertement.

Alors, jeudi soir, bien au-delà des dépêches d’agence (Reuters et AFP) reprises par la presse qui dénoncent derrière cet attentat – « un vol de sac à main qui aurait mal tourné » (sic) -, Christophe Girard se fend de ce tweet proprement ahurissant :

 

Attentat des Champs-Élysées : Pour Christophe Girard (PS) c’est la faute à Poutine !

Comment en est-on arrivé là, à ce degré de bêtise aveugle ?

Car entendre un Philippe Poutou déplorer, de son débit de mitraillette, qu’on ait plus de compassion pour les policiers assassinés que pour les « travailleurs » qui se suicident est un chose qu’on oserait presque qualifier de normale, sachant d’où parle cet individu, comme disent les psys. Mais lire de telles inepties sous les doigts d’un élu de la République, nourri au sein de Pierre Bergé et d’Yves Saint Laurent avant de grimper d’un pied les échelons de la maison Vuitton et, de l’autre, celles de la mairie de Paris, un conseiller d’Île-de-France et maire d’arrondissement, comment est-ce possible ?

Cette gauche du fric et du Marais, qui fait la pluie et le beau temps dans le monde de la culture et méprise tout ce qui n’est pas son bord, est-elle donc devenue à ce point stupide ?

Alors oui, c’est Karim Cheurfi qui tenait la kalachnikov meurtrière, mais c’est bien toute cette coterie de parvenus qui en est responsable.

Marie Delarue pour bvoltaire.fr

 

Publié dans Socialistes

Commenter cet article

Vent d'Est, Vent d'Ouest 22/04/2017 23:24

De quoi nous conforter dans la certitude que les gauchos, extrêmes ou pas, sont vraiment bas du plafond. À méditer avant de mettre le bulletin dans l'urne...