Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Peuple de France - Toute l'actualité politique en France

Cazeneuve, Premier ministre de Marine Le Pen: Une volonté de pourrir la présidentielle jusqu’au bout

1 Avril 2017, 09:00am

Publié par LA REDACTION

Cazeneuve, Premier ministre de Marine Le Pen: Une volonté de pourrir la présidentielle jusqu’au bout

D’après une publication du Figaro, Le Premier ministre Bernard Cazeneuve refuserait de démissionner au cas où Marine Le Pen remporterait l’élection présidentielle…

La Ve république restant un régime parlementaire, le gouvernement ne rend de compte qu'à l'Assemblée et n’est pas obligé, par le fait, de remettre sa démission au Président de la république nouvellement élu. Il faut attendre les législatives, et une majorité favorable, pour enfin déposer une motion de censure afin de renverser le gouvernement de Cazeneuve.
Une alternative est néanmoins évoquée dans cette publication, il s’agit de l'article 16 de la constitution qui peut être invoqué par un Président pour se voir accorder les pleins pouvoirs.

Au-delà de ce contexte hypothétique, et précisons que Cazeneuve ne s’est pas prononcé par rapport à l’élection d’un autre candidat, il ressort tout de même une volonté acharnée de cette Gauche en place depuis 2012 de pourrir la présidentielle 2017 jusqu’au bout, ne serait-ce que par cette annonce.

Malgré son quinquennat calamiteux, la Gauche dévastatrice hollandaise est donc prête à ne respecter ni les usages, ni le choix des électeurs si celui-ci ne lui convient pas.

Le vrai visage des Socialistes apparait donc au grand jour, avec un comportement antidémocratique, une outrecuidance évidente et une meilleure capacité à saboter qu’à construire.
S’ils avaient fait preuve d’autant de pugnacité au cours de leur mandat que dans cette phase de manipulation électorale, la France serait peut-être en meilleur état aujourd’hui.

Méditons donc sur ce que pourrait être le prochain quinquennat avec un élu de cette Gauche ou l’un de ses produits dérivés... 

Hervé Dejoux

Commenter cet article