Cette élection présidentielle a été «volée»

Publié le par LA REDACTION

Cette élection présidentielle a été «volée»

L'élection présidentielle en France «a été volée» - mais «ceux qui ont fait ce petit jeu ont joué avec le feu», explique l'avocat Régis de Castelnau, pour qui le quinquennat n'ira pas au bout.

RT France : Le premier tour de la présidentielle a relevé une défaite massive des plus grands partis – Les Républicains et le Parti socialiste. Qu'est-ce que cela dit des sentiments politiques actuels des Français ?

Régis de Castelnau (R. C.) : Je pense qu’on est à la fin du cycle politique qui a commencé avec l’élection de François Mitterrand. Aujourd’hui, ce système est complètement usé et la grande majorité des Français ne veut plus de cette classe politique, elle veut un changement, elle souffre de la situation, et, pour cela, ne fait plus confiance aux hommes politiques traditionnels.

C’est un paradoxe assez extraordinaire : toute une partie de cette classe s’est recyclée derrière cet évangéliste qu’on a vu arriver, dont les médias ont fait la promotion et qui se présente aujourd’hui comme l’antisystème et celui qui va amener la nouveauté. A mon avis, c’est complètement faux. Un drôle de malentendu s’est produit le 23 avril. Il ne faut pas oublier non plus qu’Emmanuel Macron a fait 24% des voix, ce qui n’est pas beaucoup. Cela veut dire que près de huit Français sur dix lui sont opposés et parfois très vivement, parce que cette campagne a été dure et difficile. Cette situation est pleine d’incertitudes, très paradoxale. 

RT France : Pensez-vous que la vie politique française puisse subir un changement majeur et procéder à une recomposition pour les législatives après la défaite des deux partis principaux ?

R. C. : Le problème est que la première intention d’Emmanuel Macron c’est surtout ne rien changer. Cette élection a été volée. Il y a eu une instrumentalisation de la justice contre François Fillon, ce qui ne l’excuse pas de certains de ses excès.

Ce sentiment de vol est fort. Ceux qui ont fait ce petit jeu ont joué avec le feu. Une élection n’est légitime que si elle est régulière, or celle-là ne l’était pas.

 

Entretien complet ici: francais.rt.com

 

Maître Régis de Castelnau, avocat à la cour, animateur du blog Vu du droit. Il écrit pour le magazine Causeur et commente l’actualité.

 

Publié dans Politique

Commenter cet article