Médias, juges, sondeurs, banquiers ont gagné leur pari en mettant 1er Macron au 1er tour

Publié le par LA REDACTION

Médias, juges, sondeurs, banquiers ont gagné leur pari en mettant 1er Macron au 1er tour

Oui, ils ont gagné et la droite modérée a été écartée du second tour de l’élection présidentielle pour la première fois dans l’histoire de la V ème République.

Certains diront que c’est la même chose qu’en 2002, l’année où Lionel Jospin avait été éliminé dès le premier tour de l’élection. Mais ça n’a en fait rien à voir !  Il y a au moins deux différences fondamentales :

1 – en 2002, la gauche était au pourvoir

  • En 2002, sous le quinquennat de Jacques Chirac, après la dissolution malheureuse de 1997, la gauche avait repris Matignon sous le régime de la cohabitation. Ce n’était plus Jacques Chirac qui dirigeait la France mais le parti socialiste en la personne de Lionel Jospin. En 2002, c’est la maxime : « Sortez les sortants » qui avait eu raison du premier ministre de l’époque.
  • En 2017, la gauche est la majorité sortante et elle sort totalement essorée par le quinquennat calamiteux de François Hollande. Qui plus est, la droite a gagné largement toutes les élections intermédiaires qui ont montré que l’opinion se partage désormais entre droite et gauche dans la proportion deux tiers, un tiers.

2 – en 2017, le candidat Jospin n’avait été l’objet d’aucune attaque personnelle !

 

Quand j’écris : « Ils ont gagné« , je parle du système politico-mediatico-judiciaire qui a su allier ses forces comme jamais :

  • Dans un premier temps pour tuer Nicolas Sarkozy qui fut l’objet, durant tout le quinquennat Hollande, d’un acharnement judiciaire incroyable et incontestable,
  • Dans un second temps, pour tuer François Fillon qui avait repris le flambeau en remportant brillamment les primaires de la droite et du centre.

François Hollande, à la manoeuvre depuis le début pour préparer sa réélection, a cornaqué la justice pour affaiblir Sarkozy. Après l’élimination de Sarkozy et la victoire de François Fillon, à la primaire, la cible a changé de nom et Les services de Bercy ont probablement transmis au Canard enchainé toutes les informations pour monter l’opération Penelopgate !

Après que François Hollande ait dû renoncer à se représenter par cause de sondages exécrables, le dossier du Penelopgate a été mis au service de l’action de l’héritier de Hollande, Emmanuel Macron alias Emmanuel Hollande.

Tout dans l’opération anti-Fillon a été optimum :

  • D’abord le calendrier ! S’il s’agissait d’une affaire de moral concernant les indélicatesses de François Fillon, on aurait pu comprendre que l’affaire ait été sorti juste avant les primaires de la droite, mais, que le Canard enchainé ait jugé bon de sortir l’affaire juste deux mois avant l’élection relève d’une stratégie d’une efficacité parfaite !
  • Ensuite, une efficacité de la Justice jamais vue dans ce genre d’affaire :
  • Un parquet national financier qui s’auto-saisit à peine quelques heures après la sortie du premier article du Canard enchainé,
  • Un juge qui convoque François Fillon pour une mise en examen trois jours après avoir reçu le dossier du Parquet national financier, donc sans avoir pris le temps d’en analyser le contenu !
  • Le tout relayé avec complaisance, et non sans une certaine jouissance, par des médias acquis en grande partie à la gauche.
  • Dans le même temps on assiste à une véritable Macromania dans les médias dont certains n’hésitent pas à avantager de manière particulièrement évidente leur nouveau champion :

  •  
Médias, juges, sondeurs, banquiers ont gagné leur pari en mettant 1er Macron au 1er tour

Dans la période considérée, Emmanuel Macron totalisait 426 minutes d’antenne alors que l’ensemble de ses adversaires atteignait à peine 440 minutes !

Et pour le second tour, la presse va s’acharner contre Marine Le Pen

Je voudrais juste relever que, quelques minutes seulement après les résultats, la déclaration de François Fillon était déjà déformée par Gilles Bouleau, ce qui sera largement confirmé par les radios, le lendemain, notamment par Yves Calvi sur RTL :

Voici la déclaration de François Fillon :

« L’extrémisme ne peut apporter que malheur et division à la France.  Dès lors il n’y a pas d’autres choix que de voter contre l’extrême droite.Je voterai donc en faveur d’Emmanuel Macron. J’estime de mon devoir de vous le dire avec franchise. Il vous revient maintenant, en conscience, de réfléchir à ce qu’il y a de mieux pour votre pays et pour vos enfants. »

Ce que je traduis de la façon suivante : « pour ma part, je voterai contre le Font national mais c’est à vous, électeurs, de vous déterminer en conscience« .

Ce qui est traduit par les médias de la façon suivante :

Gilles Bouleau sur TF1, dimanche soir : « François Fillon demande à ses fidèles de voter pour Emmanuel Macron« ,

Yves Calvi sur RTL : « François Fillon appelle ses soutiens à voter pour Emmanuel Macron«

 

Voilà comment la presse déforme des propos pour les rendre conformes à sa propre opinion !

Christian Balboa pour lagauchematuer.fr

Publié dans Politique, medias

Commenter cet article

Pauline Sacré 09/05/2017 12:05

https://www.youtube.com/watch?v=Qab09a7Hglw
https://www.youtube.com/watch?v=rHecOafNdqQ
https://www.youtube.com/watch?v=AWQykyCcNkY